Cloud gaming computing jeu vidéo à la demande dématérialisé

Cloud Gaming : prêts pour jouer minimaliste ?

Salut les Kirbz ! Vous le savez, je suis une joueuse minimaliste qui n’aime pas collectionner les jeux physiques même si j’en apprécie l’aspect visuel. Aussi, il y a longtemps que j’ai rallié la cause des jeux vidéo dématérialisés, et donc du cloud gaming. Mais que se cache-t-il derrière cette douce expression ? C’est ce que je vous explique de suite !

Le cloud gaming qu’est-ce que c’est ?

Le cloud gaming est-ce que c’est jouer la tête dans les nuages ? Voici une question que j’aurai pu poser naïvement étant enfant. Bien entendu il ne s’agit pas de cela, même si la vision est poétique. Pour faire simple, le cloud gaming consiste à jouer à des jeux vidéo à distance et depuis n’importe quelle plateforme (PC, tablette, mobile voire téléviseur). Le soft n’est plus installé physiquement sur la machine du joueur mais sur des serveurs tiers appartenant à la société fournissant le service de cloud gaming.


Les différents acteurs du marché

Des précurseurs bien installés

Plusieurs entreprises sont déjà bien implantées depuis quelques années sur le secteur du jeu vidéo dématérialisé, notamment la startup française Blade avec son PC dématérialisé Shadow disponible depuis 2015. C’est le leader du marché en France, et qui plus est le seul à proposer un accès à une configuration haut de gamme et actualisée de façon dématérialisée, pour toutes les connexions même 4G. Les jeux pourront ensuite y être installés depuis les plateformes habituelles (Steam, Origin, Gog, …). Récemment, lors du Mobile World Congress, Blade a démontré la stabilité de son service sur mobile avec la 5G.

Les autres acteurs du cloud gaming, quant à eux, donnent accès à des bibliothèques de jeux hébergés sur leurs serveurs en ligne. À l’heure actuelle il s’agit de :

  • Nvidia avec Ge Force Now
  • Sony avec le Playstation Now
  • Blacknut (un autre frenchie)
  • Nintendo avec le Nintendo Switch Online
  • Microsoft avec le XBOX Game Pass

Vous vous demandez combien coûte l’accès au Cloud Gaming ? Comme j’en ai parlé précédemment, les offres de cloud gaming se multiplient et il y en a pour tous les prix, de l’accès gratuit en bêta à un abonnement d’une trentaine d’euros par mois. Cependant, la concurrence sera bientôt plus rude, car de nombreuses sociétés connues du monde vidéo-ludique et high tech veulent se faire une place dans les nuages.

De nouveaux challengers approchent

Au vu de l’engouement du public pour le “Gaming On Demand” (quand on abrège ça fait GOD, coïncidence ? je ne pense pas !), plusieurs nouveaux entrants sont en passe de se lancer. Les deux plus connus sont Google et Microsoft. Google, dont le Project Stream (renommé Projet Yéti) avait fait grand bruit en permettant de jouer à Assassin’s Creed Odyssey directement depuis son navigateur Chrome, prévoit d’en reparler lors de sa keynote au Games Developers Conference, le 19 mars prochain à San Francisco.

Mise à jour du 19/03/2019 : Google a bien dévoilé son projet de cloud gaming massif lors de la GDC. Nommé ” Stadia”, il devrait arriver cette année en Amérique du Nord et en Europe. Il proposera une manette qui se connectera en Wi-Fi à Internet et un des boutons permettra de lancer un live sur Youtube.

En ce qui concerne Microsoft, son Project X Cloud ne devrait plus tarder à être testé.

D’autres projets de cloud gaming sont aussi dans les tuyaux des firmes suivantes :

  • Amazon “Cloud Games”
  • EA avec son Projet Atlas
  • Tencent avec Instant Play
  • Orange qui souhaite concurrencer Blade (en dépit d’une collaboration lors du MWC)
  • Apple via son Apple TV qui donnerait accès au Shadow (version alpha en cours)

La Geek VS Le Cloud Gaming

Pour ma part , je suis déjà convaincue par le concept du cloud gaming, cependant il peut présenter plusieurs inconvénients : un accès et des performances dépendantes (ping ou latence par exemple) de la connexion dont chacun dispose (entre la fibre et l’ADSL qui subsiste encore ou la 4G, il y a un fossé !), le risque (minime) d’une défaillance des serveurs et évidemment, la disparition du support physique, au grand damn des collectionneurs. Les différents acteurs (fournisseurs d’accès Internet ou de téléphonie mobile, et services cloud gaming) devront tenter de contenter le plus grand nombre en réduisant l’impact de ces points noirs. Les plus alarmistes y voient déjà la fin des consoles physiques, qui selon moi interviendra à long terme, mais, au delà de ces difficultés, il existe des avantages évidents :

  • Utilisable n’importe où et sur n’importe quels supports
  • Accès à un catalogue de jeux quasi-illimité et des serveurs de haute performance
  • Pas besoin d’avoir la dernière machine de guerre high tech du moment pour faire tourner les jeux
  • Réduction de l’impact de l’obsolescence programmée
  • Utilisation réduite de plastique, papier et autres matériaux servant à la fabrication des supports physiques
  • Gain de place dans les étagères (et moins de ménage, si si c’est un vrai avantage !)

De mon côté je me réjouis de pouvoir jouer de façon minimaliste, mais vous ? Que pensez-vous de la démocratisation du cloud gaming ?

Découvrez aussi tous les autres articles  ►ICI◄ & mes streams TWITCH ! Et n’hésitez pas à me suivre sur vos réseaux sociaux préférés : Twitter et Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut

JE SUIS EN LIVE ❤
CURRENTLY OFFLINE