disgaea defiance of destiny artwork

Disgaea 6 : Defiance of Destiny. Un zombie pour sauver tous les univers !

La série des Disgaea est apparue dans notre monde en 2003 et a toujours fait l’unanimité auprès des fans de tactical RPG. À la fois caricaturale et technique, cette saga présente tous les éléments assurant une réussite à chaque épisode. Cependant, le genre en lui-même étant destiné à l’extinction, les équipes de Nippon Ichi Software ont cherché une solution pour renouer avec les joueurs. Et c’est chose parfaitement réussie avec Disgaea 6 : Defiance of Destiny.

Le jeu est sorti le 29 juin 2021 uniquement sur Nintendo Switch, au grand dam des joueurs Playstation. Il est distribué en France par KochMedia. Rassurons tout de suite les joueurs de la plateforme de Sony : une version Playstation 4 est disponible au Japon. Donc aucun doute que nous y aurons aussi le droit très bientôt.

Il serait possible d’écrire des livres entiers pour parler de Disgaea 6. Mais je laisse les équipes de Third Éditions s’occuper de tout cela. Je pourrais tenter de vous parler de tout ce qui constitue cette pépite. Je pourrais détailler toutes les mécaniques que porte le jeu. Et les deux cents ou trois cents heures qui vous seront nécessaires pour atteindre les dernières quêtes annexes.

Je vais plutôt vous parler de mon expérience réelle avec ce titre. Et surtout pourquoi je ne réussis toujours pas à décrocher de Disgaea 6 : Defiance of Destiny même pendant que j’écris ces lignes.

Zed le zombie contre le Death-tructor divin

Passons donc au vif du sujet. Disgaea 6 : Defiance of Destiny est le nouvel épisode d’une saga déjantée. À commencer par son personnage principal, Zed. Le zombie héros malgré lui et pour lequel la mort est la pire des vies.

Il est difficile de vous exposer toute la force de l’histoire de Disgaea 6 sans vous spoiler. Je vais donc répéter ce que vous trouverez partout et y ajouter des pistes sur les rebondissements rencontrés.

Le jeu débute avec la présentation de Zed et son compagnon canin, Cerbère. Cet étrange groupe se rend à l’assemblée démoniaque du Netherworld. Un équivalent de l’enfer dans lequel se déroule les aventures de chaque épisode de Disgaea.

Zed raconte au grand Overlord Ivhar, et aux sénateurs, comment ce simple zombie a réussi à terrasser le Death-tructor Divin qui a détruit des centaines de milliers de mondes. Un monstre de puissance qui a terrassé Zed tout autant de fois.

disgaea defiance of destiny zed heros zombie

Une histoire inter-dimensionnelle

L’aventure de Disgaea 6 traverse différents mondes portant chacun une critique de notre société. On débute avec le monde des humains et leur roi Pingredor pour qui l’or est la solution à tous les problèmes.

Puis le monde des chants et leur princesse Melodia, égoïste, dont Zed est le 666ème prétendant.

Le monde de la télévision et ses Prismo-Rangers, parodie parfaite depuis le premier Disgaea nous demandera de réfléchir au sens du mot justice.

Nous traverserons aussi un monde principalement constitué d’une école de magie. Dont la directrice, Marjolaine, une sorcière de plus de dix mille ans se retrouve enfermée dans un corps de jeune fille au style Moe. Nous pourrons alors étudier la surprotection des parents et l’image de soi.

Bien entendu, nous découvrirons le monde de Zed, un immense cimetière dans lequel il a grandi avec sa sœur Beeko. Tous deux traités comme des parias orphelins.

Le monde de Cerbère, un ancien sage sauvé par Beeko qui a transplanté son cerveau dans le corps d’un chien. Un monde dans lequel nous étudierons le sacrifice de soi pour le bien de tous.

Et enfin, le Netherworld, monde principal de Disgaea et dans lequel se dérouleront les nombreux rebondissements. Mais surtout un monde où l’on découvrira le sens du titre de cet épisode.

Une histoire en guise d’initiation

L’histoire principale de Disgaea 6 est relativement courte au regard du contenu démesuré du jeu. Globalement, en moins de 30 heures de jeu vous aurez suivi la trame principale.

Il ne vous restera alors plus qu’à dépasser les limites de l’évolution et le niveau 9 999. Tout en vous lançant dans les défis de personnages jouables ou boss provenant des anciens titres.

Ou encore, d’aller explorer le monde du Carnage représentant le plus grand défi auquel j’ai réussi à accéder à cette heure.

L’histoire quant à elle, peut être relancée intégralement après avoir fini une première fois le jeu en parlant avec le lapin blanc dans votre base. Je n’ai pas trouvé l’utilité d’effectuer une seconde boucle. Si ce n’est de pouvoir obtenir du karma pour vos réincarnations.

disgaea defiance of destiny embuscade

Disgaea 6 : presque sans fin et sans joueur

L’objectif ultime du joueur dans Disgaea 6 est d’atteindre le niveau 99 999 999 et de faire des dégâts de milliers de milliards (en hommage aux joueurs de World Of Warcraft ?).

Ceci est honnêtement un défi de taille qui restera accessible uniquement aux plus déterminés. Comme je l’ai indiqué, l’histoire principale se termine assez rapidement pour un tactical RPG. Mais terminer les différents niveaux d’initiation et le monde du carnage sont des défis de taille.

Et ceci n’est qu’un objectif classique. Car Disgaea 6 vous propose de devenir un gestionnaire d’équipe de héros contrôlés par l’IA à l’aide des démonicodes et de l’intelligence Maléficielle.

Ainsi, vous disposez de commandes de plus en plus complexes pour diriger automatiquement vos personnages. Cela commence avec des commandes simples comme avancer jusqu’à l’adversaire pour l’attaquer ou explorer les niveaux pour récupérer les coffres.

Mais en débloquant les niveaux avancés, vous pourrez pousser les réactions des personnages en fonction du type d’adversaire, de leurs statistiques, de la composition de l’équipe ou des objets présents dans le niveau.

Si vous organisez bien vos commandes, vous serez en capacité de finir le jeu sans diriger l’équipe. Sauf dans le cas de niveaux nécessitant de lancer les équipiers. Mais pour le farming, c’est juste parfait. Le concept de Disgaea RPG pour le farming automatique est poussé à son paroxysme.

Un Disgaea comme les autres donc Ultra-complet

Dans Disgaea, nos héros ne sont pas les seuls à pouvoir monter de niveau, les objets et équipement aussi. Vous pouvez donc vous lancer dans le monde des objets qui sont des donjons quasiment infinis. Et si vous êtes assez fort, faire monter de niveau votre arme, armure ou objet de soutien.

Vos équipements ont par ailleurs des ‘Innocents’ qui peuvent être équipés à l’instar des Materia de Final fantasy VII. Ces innocents vont permettre de renforcer l’attaque, la défense, offrir des capacités complémentaires et même augmenter vos gains d’expérience. Ils doivent être soumis en les affrontant dans le monde des objets et peuvent être laissés au Ranch des Innocents pour tenter de les accoupler et obtenir des innocents plus puissants. Il y a comme un air de Pokémon.

Et ce n’est pas fini, vos héros peuvent développer leur esprit et acquérir des Maléfices qui leur permettront encore de renforcer leurs caractéristiques. Et bien entendu, chaque capacité spéciale d’un personnage peut être développée jusqu’au niveau 9999 et étendre sa zone d’impact.

Finalement, l’achat-vente des équipements et objets devient quasiment invisible au yeux du joueurs qui préfèrera dépenser son argent à la Buvette. Un passage au bar qui permet d’acheter directement des points de statistique ou des niveaux pour vos personnages.

En clair, des possibilités multiples à en devenir maboule.

disgaea defiance of destiny zone principale

Des quêtes à gogo

En dehors des niveaux à traverser, nos héros pourront débloquer des missions au Hall des missions. Celles-ci vont d’un nombre croissant d’adversaires à tuer, jusqu’au développement de vos classes de personnages. Dont je ne parlerais pas sinon demain on y est encore. En passant par la récupération d’objets spécifiques.

Ces missions sont très importantes car elles permettent de récupérer de l’argent, du mana, des papyrus de compétences et de débloquer des personnages. 

J’ai brièvement parlé des quêtes annexes des personnages du monde de Disgaea, je vous laisse découvrirle reste.

Il existe aussi des mondes complémentaires tels que le monde des grands (où vous pourrez affronter l’ultime menace, Baal). Le monde de l’initiation, dont je ne trouve pas d’utilité réelle. Ou le monde du Carnage dans lequel vos adversaires ont des niveaux supérieurs au million.

La mort est une force. Ultra-réincarnez-vous !

Le point central de Disgaea 6 est l’Ultra-Réincarnation. Déjà rencontré dans Disgaea RPG, cette capacité permet au personnage de revenir au niveau 1 tout en gardant une partie de ses statistiques.

Cela permet de disposer d’un personnage de niveau 1 capable de terrasser le boss final de l’histoire après un nombre conséquent de réincarnations et l’équipement qui va avec.

Mais ce qui est encore plus intéressant, c’est qu’en se réincarnant, le personnage peut acquérir un maléfice complémentaire qui pourra faciliter le développement des compétences. Un moyen de plus pour faciliter votre évolution.

Attention cependant, il ne sera possible de se réincarner que si vous possédez assez de Karma et de Mana. Ce dernier est assez simple à obtenir en tuant des adversaires. Le Karma quant à lui nécessite de progresser dans l’histoire et de réussir à abattre un grand nombre d’adversaires.

Sincèrement, je n’ai pas multiplié les réincarnations car il est bien plus rentable de combattre en boucle le boss Baal et d’échanger son épée dans le monde des objets afin de développer les capacités de vos armes. Celles-ci atteignent bien plus vite que vous les millions de points de caractéristiques.

Le roi est mort. Vive le mort-vivant.

Afin de finir, je reviens sur un des éléments qui rendent Disgaea 6 : Defiance of Destiny complètement loufoque. Sachez juste que comme les précédents opus, le jeu est blindé de références à la pop-culture. Et bien entendu, les Prinny, âmes humaines expiant leurs péchés dans une peau de pingouin, sont toujours là pour en prendre plein les nageoires et nous faire mourir de rire.

Zed est une version plus mature de Laharl (anti-héros de Disagea 1), tout en restant un adolescent zombie qui ne connait pas tout de la vie d’adulte. Mais pour les habitués de la série qui commençaient à saturer de ce jeune Overlord ou pour les joueurs des épisodes 3 à 5, c’est un soulagement. Et surtout, ce zombie faiblard porte un message d’espoir pour tous, si vous en avez le courage, vous pouvez défier votre destinée et réussir à la changer.

La saga Disgaea vient de franchir un cap. Celui du casual gaming et de la majorité. Bien que pouvant offrir un niveau de complexité toujours aussi élevé, le jeu est devenu ultra-accessible. Et contrairement à beaucoup, si ce n’est les quelques problèmes de performance de la Nintendo Switch, je n’ai absolument pas été perturbé par le passage à la 3D. Car finalement, la mécanique et l’aspect général du jeu n’ont pas changé.

J’aimerai comparer Disgaea 6 : Defiance of Destiny à Final Fantasy VIII. Un jeu qui a changé ma vie de joueur. Car comme lui, Disgaea 6 : Defiance of Destiny ouvre la porte à une nouvelle génération de joueurs. Il rend accessible un style de jeu qui était réservé à l’élite. Et il garde au fond de lui l’âme de ses prédécesseurs.

Merci aux équipes de Nippon Ichi Software pour ce titre et merci aux équipes de KochMedia de nous avoir permis de le tester.

Jeu testé à partir d’une version Nintendo Switch envoyée gracieusement par Koch Media.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :