Final Fantasy VI Pixel Remaster opera maria

Final Fantasy VI Pixel Remaster, le retour du RPG sacré

Je vous l’annonce tout de suite, avec Final Fantasy VI Pixel Remaster, le boss est enfin là !

L’année 2022 est une année forte en Fantasy. Après les dernières annonces de Square Enix portant sur Final Fantasy XVI et avec la sortie de Chocobo GP (test à venir très vite), vous pourriez vous attendre à ce que je vous parle de Final Fantasy XIV Omega : Beyond the Rift, mais non. Je vais vous conter l’histoire de mon épisode préféré des Final Fantasy 2D, Final Fantasy VI Pixel Remaster.

Le jeu est sorti le 23 février sur Steam, iOS et Android. Je n’ai testé que la version Steam mais si je finis par craquer pour la version mobile, je ferai une petite mise à jour, promis.

En attendant, plongeons nous dans un monde utopique, un peu Steampunk et surtout magique.

final fantasy vi pixel remaster menu

Terra à terre, mais pas tant que ça

N’ayant pas le droit de spoiler ce titre sorti en 1994 sur Super NES, puis sur les plateformes Nintendo et Sony plus récentes, je vais être bref. L’histoire de Final Fantasy VI Pixel Remaster est un condensé de bonheur pour les amoureux de la fantasy (le style littéraire).

Le monde a connu la terrible guerre de la « Magi » qui s’est achevée avec le bannissement de la magie pour la remplacer par les machines et la technologie. Alors qu’il ne subsiste que quelques êtres pouvant la manipuler, une créature humanoïde ayant perdu la mémoire est utilisée comme source de magie par l’Empire.

Cette jeune créature est Terra. Et le joueur devra accompagner sa fuite à travers le monde pour découvrir ses origines. Ainsi que celle de son libérateur Locke.

Comme dans tout jeu de la saga Final Fantasy,Final Fantasy VI Pixel Remaster expose de nombreux sujets de réflexion sur l’humain, sa place dans le monde et surtout sa relation avec la nature. Des sujets qui presque 30 ans plus tard font toujours débat. Des réflexions portées par nos parents, qui feront certainement encore écho dans l’esprit de nos petits-enfants.

final fantasy vi pixel remaster introduction histoire

La guerre du Pixel enfin gagnée ?

Si vous ne connaissez pas l’histoire de Final Fantasy VI Pixel Remaster ou que cela vous rappelle fortement celle d’un autre épisode, c’est normal. Pour la première fois (hors émulation), les joueurs français disposent d’une version traduite du jeu. Jusqu’à présent, nous n’avions accès au mieux qu’à une version américaine à l’anglais accessible.

C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai pu enfin comprendre de nombreuses subtilités du jeu.

Mais ce Pixel Remaster porte aussi très bien son nom. Le jeu a été entièrement revu du côté graphique. Il faut s’imaginer que le jeu est sorti sur écran cathodique avec au mieux une résolution en 720×576 pixels. On est loin des écrans 4K actuels.

Il était donc nécessaire de revoir la résolution de chaque élément afin de les rendre acceptables et lisibles. Un travail énorme et magnifique pour redessiner intégralement les éléments du jeu. J’ai replongé dans le jeu avec des yeux d’enfant et à mon sens, le jeu est encore plus attirant qu’à l’époque.

Final Fantasy Pixel Remaster

Remaster ou version complète ?

Final Fantasy VI Pixel Remaster reprend exactement le jeu d’origine. Le but porté fièrement par Yoshinari Kitase, le producteur du jeu, est d’offrir une actualisation du jeu original. On retrouve cela dans quelques points importants du gameplay.

Le changement qui m’a choqué sur PC est l’apparition d’une option de sauvegarde rapide en plus des sauvegardes classiques. Clairement construite pour les joueurs Mobile plus casuals, ceci reste un bon choix même sur PC. Et surtout, il correspond tout à fait aux standards de la nouvelle génération.

Le point le plus perturbant aura été l’apparition des jauges ATB (Active Time Battle) copiant graphiquement celles de Final Fantasy VII. Aimant beaucoup ce système porté par les épisodes VII à IX, j’ai beaucoup apprécié. Mais je sais que les puristes pourraient ne pas avoir le même avis.

SI je reviens sur ma question, remaster ou version complète, je pencherai vraiment pour un remaster. Ou plutôt, une version revisitée ++. Comme j’aimerai le voir plus souvent lors des portages de jeux sur les nouvelles plateformes.

final fantasy vi pixel remaster scène opera

Final Fantsy VI Pixel Remaster, à la recherche des bonus ?

Il n’est plus possible de ressortir un jeu sans y ajouter un minimum de bonus. Final Fantasy VI Pixel Remaster n’échappe pas à la règle… pour notre plus grand plaisir.

Le premier est le Bestiaire. Une option complémentaire qui permet de consulter la liste des 346 créatures rencontrées et leur lieu de vie. Rien de transcendant. Si ce n’est qu’il est ensuite possible de laisser ces créatures évoluer librement sur la carte comme un air de Pokemon. Je jalouse tout de même la version Mobile qui offre la possibilité d’affronter ces créatures en mode réalité augmentée. Un petit plus fun que j’aurai aimé avoir sur PC.

Bien entendu, le jeu dispose aussi d’un mode Galerie. Permettant d’accéder aux sublimes dessins de Yoshitaka Amano (très belle biographie chez Pix’n Love éditions), il laisse aussi la part belle aux concept-arts de cette nouvelle version. Que dire de plus si ce n’est qu’il sera préférable de ne le consulter qu’après avoir fini le jeu sous peine de vous faire spoiler des éléments critiques du jeu.

Tout comme pour l’intégralité des musiques du jeu. Final Fantasy VI Pixel Remaster propose un lecteur multimédia permettant d’écouter les musiques du jeu tout en regardant défiler les différents protagonistes. Encore une fois, vous aurez accès dès le début du jeu aux 61 musiques sans avoir besoin de les débloquer.

final fantasy vi pixel remaster lecteur musiques

Final Fantasy VI Pixel Remaster, symphonique et artistique

Final Fantasy VI Pixel Remaster profite à nouveau du talent de Nobuo Uematsu pour nous faire rêver. Les musiques, réalisés à l’époque avec les sons 8-bits / 3-Tones de la Super NES, ont été intégralement revues.

À l’instar des Final Fantasy Piano Collection, les musiques de Final Fantasy VI Pixel Remaster ont été interprétées par un orchestre symphonique. Et elles sont des odes à la magie, au voyage, à la fantaisie. Du pur plaisir pour les oreilles. Et pour tous les goûts. Car oui, dans les Final Fantasy, les thèmes peuvent êtres calmes. Mais quand il s’agit de combattre, ça envoi du lourd.

Honnêtement, si le prix du jeu vous paraît trop élevé, dites vous que vous achetez l’accès à un album de 61 musiques d’une qualité exceptionnelle. Il en vaut largement le coût.

Final Fantasy VI Pixel Remaster, un jeu trop Mobil-isé ?

Prévu pour une nouvelle génération, Final Fantasy VI Pixel Remaster subit le contre-coup d’un développement multi-plateformes.

L’une des choses qui m’a le plus intrigué est qu’un jeu 2D qui reste assez simple pour passer sur mobile, puisse subir des chargements en pleine partie. J’ai utilisé un ultra-portable capable de faire tourner Cuphead, les Cat Quest ou même Fall Guys. Ceci ne l’a pas empêché d’afficher des chargements de cinq à dix secondes entre deux quartiers dans une ville ou au chargement de la partie. Le jeu est beau mais pas vraiment optimisé pour PC.

D’ailleurs on le constate avec les commandes. Le clavier standard est le QWERTY. Ce n’est pas un souci me direz-vous, il suffit de réattribuer les touches. Ce qui n’est pas possible dans les options. Dommage. Ceci rend d’autant plus plaisante l’utilisation de la manette. Qui ne peut pas être utilisée avec la version Mobile. Encore dommage.

Mais le plus incompréhensible pour la version Steam reste la fermeture du jeu. Il n’existe pas d’option pour quitter le jeu. Vous revenez automatiquement sur l’écran titre. Le recours au Alt+F4 est obligatoire.

Bien entendu, le temps que je finisse d’écrire et de valider cet article, les problèmes de commande et de fermeture du jeu ont été corrigés (version 1.0.4). Je les laisse tout de même pour souligner le fait que les développeurs continuent d’améliorer l’expérience de jeu. Ce qui est positif.

final fantasy vi pixel remaster scène opera maria draco

Le retour de la magie ne tient qu’à vous

Je n’avais pas encore mis la main sur les précédents épisodes de la saga Final Fantasy Pixel Remaster par peur des retours négatifs que j’en avais eu. Et que nous avions déjà remis en cause dans le test des trois premiers opus (ici). J’avais tout de même lancé ce Final Fantasy VI Pixel Remaster avec un peu appréhension.

Même si le jeu n’est pas encore totalement optimisé, c’est avec plaisir que je partage cette expérience avec vous. Il ne s’agit pas d’un simple portage mais d’un véritable message d’amour à un jeu qui fut un support à de nombreuses créations. Le travail d’adaptation et de de reconstruction du jeu est réel. Si tout n’est pas parfait, on sent qu’il n’y a eu aucune envie de bâcler.

Si vous souhaitez vivre ou revivre une véritable épopée fantastique, un poil métaphysique et épique alors n’hésitez plus.

Je remercie les équipes de Square Enix d’avoir réalisé ce projet qui ne semblait que commercial. Leur travail passionné est tout aussi passionnant et je reste conquis.

Merci aussi l’équipe de l’agence LU6.1 de m’avoir permis de faire ce nouveau pas dans le monde de Final Fantasy sur Steam.

 

Jeu testé à partir d’une version Steam envoyée gracieusement par  Square Enix.

Votre commentaire :

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :