gran turismo 7 main artwork logo

Gran Turismo 7 : 25 années de plaisir !

En ces temps difficiles pour nos comptes en banque, avec Gran Turismo 7, le studio de développement Polyphony Digital nous propose d’économiser de nombreux pleins d’essence. Le ponte de la simulation de conduite automobile fête ses 25 ans avec panache et quelques rides.

Sorti le 4 mars 2022 sur Sony Playstation 4 et Playstation 5, le titre marque enfin le passage à une nouvelle génération de console et de graphismes. Bien qu’ayant eu accès à Gran Turismo 7 sur les deux plateformes Sony, je me contenterai de vous parler de la version Playstation 5. La version la plus aboutie et surtout la plus attendue.

Ayant joué à tous les titres de la saga Gran Turismo et de nombreux autres jeux de course, je pense pouvoir vous fournir un avis contrasté mais cohérent. On pourra donc résumer mon expérience ainsi : « Toutes les bonnes histoires ont une fin, mais ça ne sera pas pour demain ».

Gran Turismo 7, l’histoire d’une vie bien remplie

Après 25 années d’existence, il était obligatoire que Gran Turismo 7 nous propose un contenu fourni et de qualité.

Le jeu propose aujourd’hui 34 circuits avec de multiples variantes pour un total de 97 tracés. Ce qui représente 14 tracés de plus que dans Gran Turismo Sport, pour ceux qui souhaitent comparer. Et qui permet le retour sur des pistes historiques comme Deep Forest Raceway ou Trial Mountain.

Le tout chapeauté par 10 championnats principaux (obligatoire pour le mode Café) et quelques championnats complémentaires (WTC800, Gr.3, Gr. B Rallye, ClubMan +) qui sauront vous tenir en haleine.

L’énorme nouveauté, qui pourrait réconcilier notre chère Geek En Rose avec la saga Gran Turismo, est le Rallye Musical. Il s’agit de 6 courses en Time Attack sur des musiques entraînantes, plus ou moins classiques. Ce contenu, qui apparaît comme un moyen de patienter lors de l’installation du jeu, est ultra-addictif et mériterait d’être réellement développé.

En vérité, la nouveauté inévitable est le mode Café. Dans ce mode, toute l’équipe du Gran Turismo Café, dont Luca est le dirigeant, vous permettra de découvrir le jeu ainsi que l’histoire du monde automobile en 39 menus. Chaque recette correspond à une série de véhicules à obtenir en gagnant des courses. Mais permet surtout le déblocage des différents menus et championnats du jeu. Jusqu’au GT World Series, championnat final qui vous laissera ensuite face aux épreuves les plus difficiles du jeu.

Ce choix d’ajouter une sorte de mode histoire est très intéressant mais beaucoup trop court à mon goût.

gran turismo 7 mode café chevrolet

Gran Turismo 7, un vingt-cinquième anniversaire tout en souvenirs

Tout comme je l’ai indiqué concernant les circuits, Gran Turismo 7 fête l’anniversaire de la licence en nous offrant ce qui a fait la renommée du jeu.

Tout débute bien entendu avec les éternels permis National B à International A puis Permis Super. Ceux-ci restant nécessaires pour débloquer les différents niveaux de compétition. Bien que le permis Super ne soit pas nécessaire pour obtenir la fin du jeu.

D’autres éléments des derniers épisodes sont de retour. Le mode Missions constitué de 6 groupes de missions, allant de « la montagne magique » à « Le soleil se lève aussi », avec 8 missions par groupe. Très techniques et difficiles ces missions sont vraiment intéressantes pour progresser à haut niveau. Elles se déverrouillent en augmentant votre niveau de collectionneur (par l’achat ou obtention de nouveaux véhicules).

Si vous ne réussissez pas à maîtriser les défis ou que vous avez envie de découvrir de nouvelles techniques de pilotage, vous pourrez retrouver les modes Drift et Expérience du circuit. Dans le premier, il faudra établir le meilleur score de drift possible (ou au moins débloquer un trophée très facile). Et dans le second, vous pourrez découvrir les secrets de chaque portion de circuit.

Une expérience qui vous facilitera l’accès à la première place si vous ne réussissez vraiment pas à obtenir de bons véhicules. Où lorsque vous vous attaquerez aux compétitions avec un niveau de piment de 4/5 ou plus.

Gran Turismo, le garage à portée de main

En parlant de collection, Gran Turismo 7 vous laisse accès à 424 véhicules. Chacun disposant d’une fiche de présentation portant aussi sur un fait majeur le concernant. L’histoire de l’automobile est encore et toujours au cœur du jeu.

Mais bien entendu, qui dit conduite, compétition et collection dit surtout entretien et amélioration. Le GT Auto est donc toujours présent. Il permet l’entretien global de la voiture (important pour le moteur). Mais aussi la personnalisation de voiture (aileron, jantes, livrées, aéro pour avant et flanc ainsi que l’élargissement de la carrosserie). Les détails de la personnalisation vont même jusqu’à la couleur des phares qui peut avoir un impact important sur votre course (si si, je ne rigole vraiment pas). Ou des choses bien plus futiles comme la plaque de d’immatriculation de la voiture ou l’équipement du pilote (honnêtement, vous regardez la couleur de la tenue de votre pilote ?).

Si vous ne réussissez pas à obtenir les véhicules offerts en réussissant les différents défis, vous pourrez vous tourner vers les voitures d’occasion dont la liste présente trop peu de renouvellement selon moi.

Je me suis donc, comme toujours, tourné vers le Brand Central. Ce centre permet l’achat de voitures classiques neuves. Mais aussi d’accéder aux modèles spéciaux, à l’histoire des marques, d’institutions automobiles comme la FIA (en France) ou de pilotes iconiques comme Lewis Hamilton.

Il est aussi possible d’entrer dans la concession des voitures de légende pour acheter de vieilles et grandes dames. Qui comme les voitures d’occasion, sont difficiles à renouveler en plus d’être extrêmement chères.

gran turismo 7 brand central aston martin

Gran Turismo 7, où partager avec des passionnés

Une fois que vous aurez prouvé à l’IA que vous êtes un vrai pilote ou un fondu d’automobiles, Gran Turismo 7 vous ouvrira les portes d’un monde de passionnés.

Le premier mode, le classique mode photo appelé Scapes permet de prendre des photos de vos véhicules à partager dans le mode Présentations. Les paysages (scapes) disponibles sont magnifiques malgré leur teinte japonaise importante (comme c’est étrange, non ?). Plus honnêtement, c’est juste magnifique, même si j’ai préféré prendre des photos directement durant le replay de mes courses. Replays que vous vous empresserez de partager tellement la qualité des vidéos est aussi à tomber.

Si vous doutez encore de la capacité de la Playstation 5, ces modes sont faits pour vous. Et les photos partagées par les autres joueurs sont vraiment impressionnantes. Il y a certainement des photographes professionnels. Ou au moins de vrais artistes passionnés d’automobile.

Si vous souhaitez faire un premier pas vers le monde extérieur, vous pourrez plonger dans le mode Multijoueur qui propose de jouer à deux en écran partagé (ça fait du bien après les restrictions). Ou d’entrer dans le lobby composé de salons de passionnés mais étonnement long en termes d’accès. Le nombre de joueurs étant limité et les créateurs exposant leur pays d’origine permettent de ne pas se retrouver directement avec des pilotes de haut niveau asiatiques ou américains.

Enfin, si vous avez l’âme d’un pilote ou assez de battre votre petit frère à plates couture (je suis fils unique fonctionne aussi comme réponse), vous pourrez vous lancer dans le défi final, le mode Sport. Réintégration du spin-off du même nom sur Playstation 4, Gran Turismo 7 propose de participer à des courses et championnats en ligne. Il est clairement construit pour démontrer vos compétences de véritable pilote international (même s’il n’y a pas de championnat pour le moment). Lors de mon test, seules les courses High Speed Ring, Deep Forest Raceway et Daytona – Circuit Routier étaient disponibles en courses quotidiennes.

Simulation, le cœur de Gran Turismo

Tout comme ses prédécesseurs, Gran Turismo 7 met en avant l’aspect simulation de conduite automobile. Et comme ses prédécesseurs, cet aspect ne se fera ressentir qu’à haut niveau de compétition. Vous pourrez quasiment terminer le jeu en vous contentant d’acheter les meilleures pièces de course, une boite de vitesse course personnalisable et des pneus de course moyens.

Mais sur les dernières épreuves, la limitation des points de performance de votre véhicule, la gestion de l’usure des pneus et de la consommation de carburant seront les sources de vos crises d’angoisse. La gestion des revêtements de piste s’est améliorée ou plutôt complexifiée. Le moindre écart hors du tracé ou sur une surface mouillée peut entraîner votre perte. Les courses sous la pluie n’ont jamais été aussi stressantes. Et le fait de devoir ralentir votre vitesse moyenne pour consommer moins, n’a jamais aussi bien été expliquée que lors des mini épreuves d’endurance.

Bien entendu, il sera possible de changer le niveau de difficulté du jeu. Le choix entre facile, normal ou difficile n’a pas d’impact sur les gains. Mais il n’est pas possible de changer la difficulté pour les missions ou les courses avec des piments.

D’ailleurs, ces dernières disposent d’un niveau de difficulté juste aberrant. Quel que soit votre véhicule ou les paramétrages réalisés, le jeu adaptera vos adversaires et leurs véhicules pour que votre réussite ne dépende que de votre conduite.

Dans Gran Turismo 7, il faudra donc apprendre à gérer toutes les pièces installées sur votre véhicule pour disposer d’une bombe capable de vous offrir les performances adaptées au circuit tout en veillant à ne pas dépasser le nombre de points de performances maximum accepté. Et en gardant en tête que ce véhicule doit correspondre à votre style de conduite. Personnellement, je suis plutôt pour les petites japonaises maniables et qu’on ne réussit pas à décoller du sol.

gran turismo 7 missions defis chevrolet honda

Une réalité facile à transposer…

Ma plus grande peur concernant Gran Turismo 7 était la qualité graphique du jeu. Ayant subi le State of Play d’annonce avec un trailer effrayant, je ne pensais pas pouvoir dire le moindre bien du jeu. Et lorsque je l’ai lancé sans les mises à jour, j’ai cru que cela en était fini pour la saga. Puis j’ai progressé dans le jeu et dans les mises à jour. Alors le miracle s’est opéré.

Le ray-tracing est surexploité mais apporte une grandeur et une majesté incontestable au jeu. Les reflets du soleil sont très bien gérés et même tous les reflets jusqu’à ceux du tableau de bord dans le pare-brise sont bluffants. Mais à mes yeux, la pépite revient à l’éclairage des feux de nuit. Je me suis pris une claque lors de mon premier coucher de soleil.

Les feux de votre voiture sont réellement les sources d’éclairage de la piste. Et ils se reflètent sur tous les éléments de l’environnement. Qu’il s’agisse des véhicules adverses ou des barrières au loin. Vous ne verrez pas l’intégralité de votre environnement. Juste ce qui est dans l’axe de vos phares, en tenant même compte de la pente. Juste magique.

Et les 107Go d’installation sont parfaitement utilisés pour offrir à nos yeux des textures de qualité et en quantité. Le ciel est photoréaliste. Les environnements des circuits mondiaux retranscrits dans le jeu sont « vivants » et portent toutes les imperfections de la réalité ou les traces de gomme des autres véhicules. J’ai surtout adoré les détails des peintures sur le sol du Nurburgring.

Ou plus étonnamment le mode caméra B en vue pilote qui fera bouger votre champ de vision en fonction des sauts ou des effets des G des virages. Un détail qui compte pour renforcer l’effet de la simulation.

…mais pas à créer

Gran Turismo 7 cherche à obtenir le meilleur niveau de réalisme du point de vue de la simulation de conduite. Mais sans la réalité à copier, il reste difficile de créer de vraies sensations.

Cela se ressent surtout sur les pistes virtuelles du jeu. Sur des circuits comme l’ExpressWay de Tokyo ou dans Deep Forest et encore sur les circuits de terre, il est difficile de ressentir le terrain. On ressent un effet arcade dans lequel les sauts, angles de conduite ou de virage ne semblent pas réalistes, trop plats.

Il en est de même pour le détail des surfaces ou des décors. Ce qui me surprend à moitié. Dans d’autres titres qui paraissent plus vivants comme Grid ou Forza Horizon 4, l’aspect simulation n’est pas une nécessité. Les équipes se concentrent donc sur les environnements. Et l’écart entre les éléments issus de la réalité et le virtuel ne se font pas ressentir car tout est quasiment construit de A à Z.

Certains diront que je chipote, d’autres s’en serviront comme argument pour descendre le jeu. J’en garde tout de même une expérience Next-Gen aussi forte que celle que j’avais ressenti en lançant Gran Turismo 3 A-Spec comme premier jeu de ma Playstation 2. Merci Polyphony Digital à nouveau.

Gran Turismo 7, fier de ses racines et moteur de la nouvelle génération

Vous l’aurez compris, Gran Turismo 7 sait tenir les promesses de la nouvelle génération. Le jeu est assez complet pour vous tenir plusieurs centaines d’heures devant votre écran (si vous partez dans le mode Sport). Et il vous offrira non seulement une belle expérience, seul ou en multi, mais aussi une belle découverte de l’histoire automobile.

Il se devait d’être une signature pour la Playstation 5 et une icone des vingt-cinq ans de la franchise. Et bien qu’il possède encore quelques imperfections en cours de correction, il a déjà décroché le trophée Or dans mon cœur (perdu depuis Gran Turismo 5). Un jeu à posséder dans sa nouvelle bibliothèque dès aujourd’hui et pour demain.

Merci aux équipes de Sony France de m’avoir permis de poser les mains sur le volant de ce Gran Turismo 7 et au plaisir de rouler sur les pistes virtuelles jusqu’au prochain opus de la saga.

Jeu testé à partir d’une version Playstation 5 envoyée gracieusement par Playstation.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut