granblue fantasy versus jeu rpg combat gran lyria vyrn

Granblue Fantasy Versus : une hybridation réussie ?

Ces dix dernières années, le monde du jeu-vidéo a connu diverses évolutions liées aux nouvelles technologies dont l’arrivée des jeux mobiles. D’abord décriés par les joueurs, ils font aujourd’hui partie du paysage avec une reconnaissance des plus grands. Voyez Square Enix avec sa saga Final Fantasy Brave Exvius et SINoAlice ou les différents jeux mobiles de chez Nintendo. Parmi ces titres, Granblue Fantasy de Cygames a su tirer son épingle du jeu depuis six ans. Le jeu a fait naître un univers cross-média dont le dernier opus est un jeu de combat 2.5D : Granblue Fantasy Versus. Bien entendu, les équipes de Cygames se sont associées avec les meilleurs dans ce genre pour nous proposer un jeu de qualité : le studio Arc System Works.

Granblue Fantasy Versus est sorti le 13 mars 2020 sur Steam pour fêter les six ans du jeu sur navigateur et mobiles. Puis le jeu est sorti le 27 mars 2020 sur Playstation 4 en Europe. L’histoire reprend une aventure complémentaire de la quête de Gran, “What Makes the Sky Blue”. Et il nous propose un panel de 13 personnages emblématiques dont l’histoire est à découvrir au travers d’un mode RPG épique. Ce décompte est porté à 17 avec le premier season pass.

Mais l’association des grands noms du jeu vidéo des années 90 est-elle suffisante pour créer un bon jeu ? La réponse n’est pas si simple à donner quand il s’agit d’un hybride combat-RPG.

En route pour Estalucia !

L’histoire de Granblue Fantasy se concentre autour de deux personnages unis par le destin, Gran et Lyria. Gran et son ami Vyrn, un mini-dragon, ont porté secours à Lyria pour échapper à ses poursuivants, les soldats de l’empire d’Erste. Notre faible héros va alors offrir sa vie pour défendre la mystérieuse jeune femme. Face à cet acte de bravoure, la jeune femme va utiliser un de ses pouvoir pour lier leurs âmes et le faire revenir à la vie.

Débute alors une aventure durant laquelle nos héros, accompagnés de Katarina, la garde du corps de Lyria, vont explorer les cieux afin de découvrir les plans de l’empire d’Erste concernant Lyria tout en recherchant le père de Gran. Cet homme étrange est parti il y a de nombreuses années pour Estalucia, une île volante qui semble porter de nombreux secrets.

Un autre point important, qui n’est pas expliqué dans le jeu, est le fait que le monde soit constitué d’une mer d’îles volantes. Leur particularité est de posséder chacune un gardien élémentaire, une bête primordiale. Ces créatures sont là pour assurer la survie de l’île mais surtout garder les morceaux d’une carte permettant d’atteindre d’autres cieux que Phantagrande, votre monde.

Sans vous spoiler, puisque vous le découvrez dès le début du jeu original, du manga et de l’anime, Lyria possède le pouvoir de parler avec les bêtes primordiales. Elle est d’ailleurs la seule à contrôler l’un des plus puissants gardiens, Proto-Bahamut. Vous comprenez donc pourquoi l’empire de Erste en a après elle.

Le destructeur de monde

Après avoir présenté le monde de Phantagrande, intéressons nous à l’histoire du mode RPG de Granblue Fantasy Versus. Celle-ci reprend le chapitre deux de l’arc des anges déchus. Cet arc en trois chapitres (à ce jour) présente l’histoire des êtres supérieurs dirigeant les lois de la création.

Le monde de Phantagrande est en proie à des mystérieuses perturbations qui affectent tous les êtres vivants, humains ou non. Leur origine semble être les agissements d’un être divin, un astral du nom de Beelzebub. Celui-ci aidé par Belial, un être primordial sous les ordres de Lucilius, tente de réaliser son plan de fusion des mondes pour devenir l’être suprême au-dessus de tous les autres.

Gran, la singularité, l’être sans existence mais marchant à travers le monde est le seul à pouvoir l’arrêter. Et nous voici parti pour sauver le monde.

granblue fantasy versus jeu rpg combat beelzebub

Un monde de fantasy à explorer

L’une des premières réflexions que l’on se fait en regardant Granblue Fantasy Versus est que son univers graphique est magnifique. On est directement plongé dans un monde d’héroïc fantaisie onirique. Les illustrations des menus, les personnages, les décors, les objets et les armes. Tout est soigné, détaillé et magnifique.

Vous me direz qu’en reprenant la majorité des éléments d’un jeu qui évolue depuis six ans, c’est normal. Je vous dirais que tout ceci est surtout lié au pouvoir d’un grand maître de l’illustration de fantasy, Hideo Minaba. Si vous ne le connaissez pas, il s’agit d’un directeur artistique ayant travaillé sur des RPG emblématiques comme Final Fantasy VI, Final Fantasy Tactics ou encore Blue Dragon et Lost Odyssey.

C’est donc avec un grand plaisir qu’on admire chacun des menus du jeu. Qu’on passe quelques heures dans la courte encyclopédie du jeu. Mais surtout, on prend le temps de regarder les armes que l’on débloque au fur et à mesure de notre progression dans le mode RPG.

Le travail de l’équipe d’Arc System Work est toujours aussi propre. Les animations des personnages sont fluides. Les décors sont d’une finesse d’orfèvre même en 4K sur une télévision 55 pouces. Les couleurs sont vivantes et les personnages fidèles à leurs modèles. Les techniques des personnages ont été retranscrites et sublimées sans pour autant voir des explosions de couleurs dans tous les sens.

Comme toujours, rien à reprendre, juste un grand merci pour ce travail.

Granblue Fantasy Versus, un mode RPG incomplet

Attendu comme l’un des points forts du jeu, le mode RPG est quant à lui une demi-réussite. Reprenant le système de Dragon Ball FighterZ ou des Dragon Ball Xenoverse avant lui, ce mode propose de faire évoluer votre personnage afin de réussir à stopper les plans de Beelzebub alias l’Absolu.

Pour cela, tout comme dans le jeu mobile, vous devrez réussir différentes missions à travers les îles de Phantagrande. Et si vous êtes assez fort pour battre les gardiens de chacune des îles, vous accéderez au Pandémonium, l’île prison de Beelzebub qui existe entre les mondes.

Avec seulement 53 quêtes, dont 13 sont des missions de personnage, l’aventure est très courte. Heureusement que l’on doit effectuer ces quêtes en mode normal puis difficile. Mais même ainsi, et en tenant compte de l’univers global de Granblue Fantasy, ça reste léger.

Surtout que, même en connaissant le jeu mobile et les mangas, j’ai trouvé l’histoire expédiée. Le jeu s’adresse prioritairement aux fans mais pourquoi ne pas avoir au moins repris les bases de l’histoire et de la rencontre avec chaque protagoniste à travers des missions de découverte ? Cela aurait constitué une base de farming pour les connaisseurs. Et cela aurait offert aux néophytes un moyen de comprendre ce qu’il se passe.

Des missions pas très variées

Les missions sont de quatre types. Les plus simples et classiques sont les missions vous demandant de tuer tous les adversaires qui apparaîtront dans l’arène de combat. Le jeu ressemble alors plus à un beat’em all de salle d’arcade qu’à un jeu de combat. Ce sont de bons défouloirs mais le nombre limité de types d’adversaires est vraiment gênant. Les adversaires se résument aux gardes impériaux, gobelins, loups, Katalina-robots et Exias (créatures du chaos). Même si certains possèdent jusqu’à trois déclinaisons, on est rapidement lassé. Ce type de mission se suit et se ressemble tellement qu’on croirait voir les combats aléatoires dans les RPG. Mais c’est peut-être le but recherché justement.

Le second type de mission, qui n’arrive qu’une fois dans le jeu, est la course. Il s’agit ici de réussir à traverser le niveau le plus vite possible jusqu’à la zone de combat de masse. Le but est alors de savoir exploiter ses capacités pour esquiver les attaques adverses et de se déplacer le plus rapidement possible vers la prochaine zone.

Le troisième type de mission est la survie-destruction. Dans ces deux missions, le but est de survivre durant un certain temps tout en réussissant à tuer un maximum d’ennemis. Le seul élément manquant est justement le décompte des adversaires battus.

Ces deux styles de missions sous-exploités auraient fait du bien pour casser le rythme des missions classiques s’il avait pu y en avoir plus.

Enfin, les combats de boss sont le quatrième type de mission. Ce sont à la fois les plus intéressantes et les plus frustrantes, et je vais vous expliquer de suite pourquoi.

granblue fantasy versus jeu rpg combat salle arcade

Des combats de boss épiques

Pour ces missions, vous affronterez soit des personnages jouables, soit les bêtes primordiales. Contrairement aux combats classiques, ici les personnages adverses possèdent une énorme barre de vie coupée en quatre sections. À chaque quart de vie perdu, une action spéciale sera déclenchée. La première section déclenche l’Overdrive qui renforce les attaques de l’adversaire pendant un temps. La seconde déclenchera le lancement du Ogi (super attaque) du personnage. Et la troisième, le déclenchement du Kaiho Ogi (attaque ultime) du personnage.

Dans le cas des bêtes primordiales, la perte de vie déclenche un changement dans les séquences et le type d’attaques. Mais aussi des attaques scriptées pouvant être fatales si vous ne vous positionnez pas au bon endroit au bon moment. Ce dernier élément est le plus frustrant car contrairement aux attaques ultimes des personnages, celles-ci ne vous laisseront pas une chance même avec une barre de vie complète.

À l’aventure compagnon !

La grande révolution qui contribue à donner un coté beat’em all au mode RPG est le fait de réaliser toutes les missions à deux. Qu’il s’agisse de les réaliser en local ou en ligne, chaque partie met en avant deux personnages.

Si vous jouez en mode local, vous aurez la possibilité de jouer avec un ami sur le même écran et en utilisant deux personnages différents avec leurs compétences uniques. Si vous n’avez pas d’ami sous la main, votre partenaire sera alors contrôlé par une IA. Et si vous êtes un habitué du jeu mobile, vous pourrez retrouver le mode « automatique » qui permet de farmer tranquillement. Oui, il est possible de mettre les deux personnages sous contrôle de l’IA. Le résultat n’est pas toujours terrible mais c’est très pratique pour atteindre le niveau 100 des personnages.

Si vous jouez en ligne, vous pouvez utiliser le bureau des requêtes pour rechercher un joueur. Ainsi, soit quelqu’un viendra vous rejoindre, soit vous pourrez aller aider un joueur dans le besoin. Une bonne idée qui s’avère totalement inutile dans les faits.

L’union est-elle une force ?

Globalement, le choix d’avoir une équipe de deux personnages pose deux points importants. Le premier est qu’il est à la fois un élément de RPG complémentaire et aussi un élément permettant de faciliter l’avancer dans le jeu. Un point positif qui est aussi une lame à double tranchant.

Le second point est justement le retour de bâton. Lors des combats, il devient parfois difficile de reconnaître son personnage si vous faites le choix d’avoir les mêmes couleurs. Les personnages se superposent et lorsque vous lancez des enchaînements, il devient difficile de savoir où vous êtes.

D’ailleurs, le second personnage peut vous aider dans vos combos. Mais lorsque votre enchaînement doit entraîner l’adversaire dans les airs, le second personnage peut lancer un coup qui sortira l’adversaire du combo. Ce qui peut vous placer en position dangereuse si l’adversaire récupère avant la fin du combo.

granblue fantasy versus jeu rpg combat gran katalina

Les atours d’un RPG

Granblue Fantasy Versus a su se parer de tous les éléments du jeu mobile et d’un bon RPG.

La progression de vos personnages tout au long de l’histoire est réelle. Le farming est une obligation pour atteindre le niveau 100. Le meilleur moyen de le vérifier est de revenir en mode normal après avoir lancé des missions en mode difficile. Généralement, le niveau de réussite S, qui paraît impossible à obtenir au premier passage, devient une formalité. Seules les conditions complémentaires restent un enfer à obtenir (300) jusqu’à la fin du jeu.

Les quêtes secondaires sont assez nombreuses pour compenser le potentiel retard de niveau qui serait acquis par les joueurs maîtrisant les jeux de combat. Ou pour faire un minimum varier les missions pour ne pas rebuter les nouveaux joueurs.

Un équipement primordial

Votre personnage évolue au cours de l’aventure, mais il n’est pas le seul. Votre équipement aussi. Et ce dernier est d’autant plus important que ce sont vos armes qui décident de la force élémentaire et du niveau de vie de votre équipe. Comme dans tout bon RPG, les éléments sont la terre, le vent, le feu, l’eau, le sacré (la lumière) et les ténèbres.

Le choix du barda élémentaire en fonction de l’adversaire est impactant. Les dégâts réalisés seront doublés si vous avez le barda du bon élément. Ou divisé par deux si vous choisissez l’élément faible. Contre une bête élémentaire, ce sera le choix qui décidera de l’issue du combat.

Vous pouvez porter jusqu’à 10 armes du même élément même si elles ne correspondent pas à votre personnage. La puissance et les capacités de ces armes sont cumulées pour donner votre niveau de vie et de dégâts.

L’obtention de ces armes et des éléments nécessaires à leur fabrication ou leur évolution passe par la réussite des missions ou un passage par le bazar de CieloCarta. Dans ce bazar vous pourrez soit directement acheter des armes afin de les acquérir ou d’augmenter leur niveau maximum. Soit utiliser les éléments spéciaux collectés au cours de vos missions pour forger des armes.

Enfin, comme toujours, la collecte des armes vous permettra d’obtenir des habillages pour vos armes qui pourront être utilisés dans tous les modes du jeu. Inutile mais obligatoire comme nous le savons tous.

granblue fantasy versus jeu rpg combat liste armes

Granblue Fantasy Versus, des compléments importants

En dehors des missions basiques, le mode RPG de Granblue Fantasy Versus propose aussi des éléments complémentaires non négligeables pour la durée de vie du jeu.

Le premier est la tour de Bab-il. Cette tour qui s’élève vers les cieux est composée de 100 étages. Les premiers étages se parcourent 5 à 5 avec 4 étages de mobs avant d’affronter un personnage. Puis dans les 20 derniers niveaux, on affronte chacun des personnages du jeu et les créatures élémentaires de manière groupée (de 2 à 4) avant les étages 98 à 100. On affronte un personnage au hasard puis un Proto-Bahamut sur-vitaminé avant d’affronter Avatar et Beelzebub. Croyez-moi, même atteindre l’étage 99 est déjà un exploit.

Dans une même mesure, réussir à remplir tous les défis qui vous sont proposés est un sacré exploit. Je vous ai déjà parlé du fait de réussir à atteindre le niveau 100 avec vos personnages. C’est assez simple si vous en avez le temps. Par contre, réussir les défis permettant de débloquer les habillages d’armes en forme de Vyrn (fun et mignon) est bien plus compliqué. Vous ne disposez d’aucune information quand aux actions à mener dans le jeu. Comme les anciens RPG !

Enfin, les DLC qui comptent des personnages complémentaires, s’accompagnent aussi de missions liées. Vous aurez donc une utilité à les obtenir. Car non seulement ils vous permettent d’avoir le personnage dans tous les modes de jeu mais celui-ci sera aussi disponible dans le mode RPG avec 2 missions bonus. Un geste des développeurs qui est vraiment positif

Un système de combat-RPG

Les gènes du jeu mobile RPG se retrouvent dans GranBlue Fantasy Versus jusque dans les commandes.

Contrairement aux jeux de combats classiques, les techniques principales des personnages ne sont pas déclenchées uniquement par une combinaison de touches. Bien que les quarts de cercle soient toujours présents, les techniques sont lancées à l’aide de la touche R1 combinée à une direction ainsi qu’une touche de puissance. Et pour respecter l’esprit RPG, ces techniques ont toutes un temps de recharge.

Fini le temps du déclenchement en boucle des techniques en bourrinant les quarts de cercles. Il faut ici utiliser stratégiquement ses attaques. Il faut apprendre à se défendre et contrôler son adversaire. Et apprendre la patience.

Le jeu est donc accessible aux débutants car les techniques sont faciles à déclencher. Mais surtout stratégique car chaque coup et chaque seconde sont précieux.

D’ailleurs, les techniques de jeux sont réellement avancées. On remarque très rapidement si un joueur est débutant ou expert lors d’un combat en ligne. Le jeu devient un véritable RPG où les joueurs attaquent tour à tour en cherchant la faille de leur adversaire.

Moi qui ne suis pas un fan de l’e-sport, j’ai aimé regarder des combats en ligne car j’ai pu voir toute la stratégie et toute la complexité des combats. Mais aussi comprendre que je n’étais qu’un débutant bon à écouter les magnifiques musiques du jeu.

granblue fantasy versus jeu rpg combat narmaya vs zeta

Un univers musical Uemato-ArcSystesque

Vous connaissez tous Nobuo Uematsu. Si ce n’est pas le cas, il s’agit du plus grand compositeur de musiques de jeux vidéo du monde. Cet homme à l’origine des plus grands thèmes de Final Fantasy est aussi à l’origine de certaines musiques de Granblue Fantasy. Jeu pour lequel il a travaillé en collaboration avec son bras droit Tsutomu Narita. Ce dernier est aussi connu pour son travail sur la bande sonore de Xenoblade Chronicles et au sein du groupe Earthbound Papas (groupe de rock / Métal progressif ayant travaillé sur Final Fantasy VIII, Final Fantasy X, Blue Dragon).

Et c’est cet homme, Tsutomu Narita qui a créé une magnifique et épique bande son pour Granblue Fantasy Versus. Encore une fois, on retrouve mélangés des instruments classiques , de lourdes batteries et des guitares électriques. Comme toujours, le résultat est un album que tout le monde désire dans sa bibliothèque.

Les musiques sont parfois légères et donnent envie de s’envoler dans les cieux avec Gran et son équipage. On se pose même parfois la question du jeu dans lequel on se trouve avec des musiques telles que « Such a Blue Sky » qui est très inspirée des musiques de combat de Final Fantasy. Ou parfois plus lourdes et définitivement rock et métal comme « Platinum Sky » ou le thème de Proto-Bahamut. On s’attendrait presque à voir débarquer un Sol Bad Guy en plein milieu du combat.

En clair, un pur plaisir. Une bande sonore vaste et complète.

Un jeu de combat classique

Même si j’en ai déjà un peu parlé précédemment, Granblue Fantasy Versus possède les traits classiques des jeux de combats.

On y retrouve donc les modes de jeu tels que le mode Versus ou le mode Arcade et son fonctionnement perturbant. Celui-ci vous demande de choisir votre premier adversaire avant de vous proposer à chaque fin de combat parmi trois adversaires ayant un niveau supérieur, équivalent ou inférieur à celui que vous venez d’affronter. Et cela jusqu’au 8ème combat face à Beelzebub.

Les modes entrainement et défis sont aussi de la partie. Et la réussite du mode Défis est une condition sine qua non pour se lancer dans le mode combat en ligne. Pour ma part, j’ai trouvé que les 78 défis étaient trop peu pour un mode de jeu complet. Jusqu’à ce que je tente de les remplir. J’ai alors compris que c’était le mode entraînement qui était inutile.

Bien entendu, les modes Galerie, Encyclopédie et personnalisation du profil sont présents et incontournables. D’autant plus qu’ici, la galerie regorge de magnifiques illustrations. Que l’encyclopédie vous aidera à comprendre un minimum l’univers du jeu. Et que la personnalisation de votre profil est comme toujours inutile mais indispensable pour tout combat en ligne.

granblue fantasy jeu rpg combat encyclopédie

Un hybride qui saura évoluer ?

Granblue Fantasy Versus est pour ma part un jeu hybride dans la lignée de Granblue Fantasy sur mobile. Un jeu qui dispose de tous les éléments nécessaires à sa réussite. Mais un jeu qui ne sait pas encore exploiter ses avantages.

Les univers graphiques et musicaux sont magnifiques et accessibles à tous. Le mélange des genres et des équipes effectués par Cygames et Arc System Work est juste palpitant. Tout est complémentaire. Les musiques donnent un support épique à une direction artistique qui offre un cadre somptueux à des combats dynamiques et stratégiques.

Le mode RPG est addictif mais loin d’être complet pour captiver les joueurs à long terme. Pourquoi ne pas avoir repris le système du jeu d’origine pour l’histoire principale ? Pourquoi ne pas avoir ajouté les événements spéciaux comme celui qui sert de base ici dans les DLC en ajoutant les personnages et leur histoire ? Avec les 40 missions de cette version, on aurait eu au moins 200 missions sur l’histoire de Phantagrande. Et on aurait volontiers payé les DLC à 40 missions et 2 personnages. Mais qui sait ? Peut-être que comme son grand frère, le mode RPG de Granblue Fantasy Versus continuera à évoluer.

En dehors de ce mode central, le jeu propose des modes classiques et suffisants. Et s’il y a un vrai point fort à trouver dans Granblue Fantasy Versus c’est sa capacité à intégrer des commandes de RPG dans un jeu de combat. Un système qui peut rebuter s’il n’est pas expliqué. Un système qui peut créer un gap entre les joueurs. Mais surtout une nouvelle dimension offerte aux jeux de combats. Une tentative d’innovation avec ses défauts qui aurait pu conduire à un échec et qui est pourtant une vraie réussite.

Merci à Marvelous Europe et Decibel-PR pour cette version Steam testée en full HD sur un écran 15,6 pouces IPS et en 4K HDR sur un écran 55 pouces.

Votre commentaire :

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :