GRID voitures jeu de course simulation arcade Toca Touring Car Championship

GRID, le jeu de course pas exactement comme les autres !

Sorti le 11 octobre 2019 sur Steam, Playstation 4 et Xbox One, GRID signe le renouveau de la licence Toca. Le jeu est situé entre l’arcade et la simulation de course. Il s’est approprié le hashtag #LikeNoOther. Mais le mérite-t-il vraiment ?

Une licence qui fait son chemin

TOCA Touring Car Championship est née en 1997 sur Playstation. Nous mettant dans la peau d’un pilote du championnat britannique mythique. Après avoir laissé des traces avec son aspect simulation et sa gestion des dégâts jusqu’en 2008, la licence a pris le virage de la variété.

Ainsi les 3 premiers épisodes GRID ont parfaitement intégré le passage à l’international et l’assimilation de nouvelles catégories. Ce nouvel opus a su répondre aux attentes des habitués de la série tout en le laissant accessible aux nouveaux joueurs. Bienvenue dans l’équipe GRID, votre talent sera une source de réussite. Votre capacité à travailler en équipe vous la garantira !

GRID, des modes pas démodés

GRID est un jeu de course arcade simulation qui vous proposera trois modes de jeu :

  • Jeu libre
  • Online
  • Carrière

Le mode jeu libre correspond au mode arcade. Il vous permettra de vous entraîner sur les différents circuits dans les conditions que vous pourrez déterminer. Ce mode classique est souvent oublié dans les jeux de course. Ici, il reprend tout son sens pour la réalisation de deux tâches : l’accumulation d’expérience et les objectifs de conduite. Ces deux éléments sont des points importants du jeu. Mais je reviendrai dessus.

Le second mode, classique lui aussi, est le mode Online. Permettant aussi de concourir sur les différentes pistes du jeu, il reste cependant assez difficile. Les deux seules raisons pour lesquelles je vous conseillerai d’y jeter un œil sont l’expérience et les défis.

Les joueurs présents ont un très bon niveau. Ils seront donc pour vous des professeurs concernant les techniques de dépassement ou le positionnement d’attaque des virages. Si vous vous ennuyez face à l’IA ou que vous pensez avoir acquis un niveau suffisant, ils vous accueilleront. Soit en vous remettant à votre place, soit en vous offrant leur reconnaissance. Un plaisir.

Une carrière loin d’être éclair

En dehors des modes secondaires classiques, vous passerez avec plaisir plus d’une trentaine d’heures dans le mode carrière de GRID.

Proposant 114 épreuves réparties en 7 catégories dont le championnat World Grid Series, le jeu n’est pas avare. Car petit détail qui a son importance : chaque épreuve ne se contente pas forcément de vous proposer une seule course. Selon le type d’épreuve, vous pourrez réaliser une à quatre courses allant jusqu’à 6 tours pour les circuits de Nascar.

Je n’ai pas pris le temps de compter le nombre de tours de circuits. Mais il vous faudra débloquer 4 épreuves showdown parmi les 6 catégories de championnat d’origine pour débloquer l‘accès au championnat WCS. En sachant qu’une épreuve showdown se débloque après avoir réussi au moins 10 épreuves d’une catégorie (sauf pour l’ “invitationnal”), ça occupe déjà pas mal.

Même après avoir débloqué et fini les showdown de chaque catégorie, fini les championnats WCS des 4 catégories principales ainsi que l’épreuve finale, il me restait 36 courses à réaliser pour finir le tableau des épreuves.

Autant vous dire que mon âme de pilote virtuel s’est sentie au paradis ou parfois en enfer mais toujours avec plaisir. Vous comprendrez très vite pourquoi.

De la variété sans excès

Reprenant les éléments qui ont permis à la licence de perdurer, GRID présente les championnats internationaux les plus influents tout en ne marchant pas sur les plates-bandes des autres jeux de course.

Il faut dire que le jeu sait conquérir le cœur de tout amateur de belle mécanique. On débute le jeu à bord d’une Austin Mini (ma voiture de cœur) pour finir par affronter l’équipe RavenWest dans des bolides du Mans. Classique me désirez-vous. À priori oui mais ce qui importe est le chemin et non l’arrivée.

Il vous faudra maîtriser les circuits à bord des bolides classiques des championnats de Touring Car mais aussi les bombes de la classe Tuned, les purs sangs américains allant des muscles cars aux véhicules de Nascar (la classe la plus difficile pour moi) ou encore les supercars et voitures de légende européennes (principalement Ferrari et Porsche de 1950 à aujourd’hui).

GRID est un jeu construit par une équipe de passionnés sachant tout de même quelle est sa limite et ne cherchant pas à en faire trop.

Ainsi, vous pourrez affronter Fernando Alonso à bord d’une véritable formule 1. Mais cette sublime épreuve est la seule de cette catégorie et ne cherche pas à souffler la place de titres comme Formula 1. Il en est de même pour les épreuves de Nascar. Je ne suis pas fan des courses de 500 miles et là le nombre limité de tours rend tout son plaisir à ces épreuves extrêmement techniques.

GRID Tuner Havana Day Ravenwest Motosport jeu de course simulation arcade Toca Touring Car Championship

Une stratégie d’équipe

Alors que les épisodes Race Driver proposaient de suivre la carrière d’un pilote, GRID choisit de faire de vous le pilote du renouveau pour l’équipe GRID. Au-delà de notre pilotage, la gestion de l’équipe est importante.

Les épreuves réalisées en mode carrière tiennent compte de votre position dans la course mais aussi de celle de votre coéquipier. Oui, les courses ne se font pas seules. Et GRID réalise même un pied de nez à son principal concurrent Gran Turismo en vous demandant de gérer le recrutement de votre second pilote mais aussi de gérer sa stratégie de conduite en pleine course.

Gran Turismo vous demandait d’observer la course de votre pilote et de lui donner des conseils. On finissait par le laisser tourner et attendre patiemment de recevoir les crédits. Ici, votre coéquipier étant en course avec vous, vous pourrez lui demander de lancer des attaques sur les adversaires pour améliorer la position finale de votre équipe ou de les retenir afin de vous offrir une place sur le podium.

L’esprit d’équipe et la stratégie de course sont donc des éléments de jeu complémentaires et revigorants pour le style.

Qui ne sera pas un frein pour la victoire

Si vous ne souhaitez pas vous encombrer du fait de devoir gérer le recrutement et surveiller la position de votre coéquipier, pas d’inquiétude.

Votre coéquipier monte en compétence avec vous. Même dans les catégories où il n’excelle pas, il semblera toujours se trouver dans la pire des positions. Mais dans les faits, il occupera tout de même un classement qui n’empêchera pas votre équipe d’être première si vous êtes vous-même leader de l’épreuve.

Je n’ai changé de coéquipier que pour avoir un support dans les catégories où je suis le plus mauvais et pour débloquer un trophée demandant de courir avec un certain pilote. Soit trois fois sur toute ma carrière.

Tout tient dans les détails

Je tiens à préciser que je n’ai pas été payé pour écrire les mots qui vont suivre. GRID m’a juste fait vivre les plus belles courses automobiles de ma vie de joueur. La plus grande réussite de cet opus de la saga est de créer une ambiance réaliste dans l’apport de nombreux détails.

Que la pluie tombe sur ce monde !

Je commencerai par celui qui m’a fait craquer, la pluie. Je fais partie de ces joueurs qui ont basculé du côté obscur de la vue cockpit dans les jeux de course.

GRID est un jeu qui a été pensé pour l’amusement des pilotes et la création d’un environnement semi-réaliste. On a alors droit à un traitement spécial lorsque l’on utilise la vue interne. Les conditions climatiques sont retranscrites de manière très précise. On se prend les rayons du soleil en pleine tête en sortie de tunnel aussi bien que dans les rétroviseurs.

Ce qui est graphiquement intéressant, mais qui se retrouve aussi dans les sensations de pilotage. Les changements d’adhérence sont parfaitement ressentis lorsque l’on passe d’un tunnel sec à une pluie battante.

Justement, revenons à la pluie. Vous voyez ces gouttes qui s’accumulent sur votre pare-brise lorsque la pluie est faible ou qui forment d’énormes cercles déformant votre champ de vision ?
Pour la première fois depuis que je joue à des jeux de course, j’ai eu l’impression d’être dans le monde réel. J’ai vu l’eau s’accumuler et les essuie-glaces tenter de me rendre un peu de visibilité. Pour la première fois, j’ai couru une course sous la pluie avec un véhicule sans essuie-glaces et j’ai pu croire en l’existence de mon instinct de pilote.

À chaque fois que j’ai lancé une course qui se déroulait sous la pluie, je me suis intérieurement dit “Cette pluie est est une pure merveille.”. Et tout ça, sur Xbox One X. D’accord, elle est censée être « la console la plus puissante au monde » donc il est normal que je m’en prenne plein les yeux. Je précise tout ceci, surtout pour indiquer qu’il n’est pas nécessaire de passer sur PC avec une carte graphique gérant le Ray Tracing pour obtenir un résultat magnifique.

GRID, it’s alive !

En 2019, nous aurons tourné une page dans l’univers des jeux de course. Il suffit de se pencher sur Dirt 2.0 et Forza Horizon 4 pour s’en convaincre. Les jeux de courses sont devenus extrêmement « vivants ».

Qu’il s’agisse des décors naturels comme les forêts ou les montagnes, ou des villes et de leurs lumières, tout est devenu criant de vie. Dans GRID, on retrouve le photo-réalisme qui avait révolutionné des sagas comme Gran Turismo. Mais au-delà de cet acquis, le jeu ajoute des éléments totalement annexes mais importants.

Lors de vos courses de nuits, le public vous perturbera avec des flashs. Les immeubles et leurs enseignes lumineuses éclaireront plus ou moins la piste, tout autant que les feux d’artifices dans certaines villes. Un élément totalement inutile à priori, mais un détail qui donne un plus vivant et vibrant à la piste.

L’effet sera totalement inverse dans les montagnes japonaises où le manque d’éclairage pourra se faire ressentir. Ce qui renforce l’impression de conduire à l’instinct et démultiplie les sensations.

En dehors des jeux de lumière, l’ambiance sonore est aussi un détail important. Les villes résonnent des bruits des moteurs et de la foule qui vous observe. Mais aussi des explosions des feux d’artifices et des commentaires des présentateurs diffusés par des haut-parleurs dans certaines zones du circuit. Ce dernier point est véritablement bien géré sur les circuits de compétitions où ces haut-parleurs ne sont présents que dans les stands ou près des gradins. Ils sont aussi parfois des sources d’information sur les accidents qui pourront apparaître lors des courses.

GT4 San Francisco 5 nuit jeu de course simulation arcade Toca Touring Car Championship

GRID, retour aux choix d’origine

GRID est, bien que son titre minimaliste ne l’indique pas, un excellent successeur des TOCA de la première génération. Le jeu priorise la sensation de pilotage et le respect de l’environnement réel dont il s’inspire.

Certains pourraient décrier le jeu pour son aspect arcade, d’autres pour son aspect simulation. La conduite des véhicules est à la limite entre les deux styles. Il est possible de conduire comme un sauvage mais si on souhaite gagner, il faut savoir freiner. Et parfois drifter avec des véhicules absolument pas prévus pour cela (comme une F1000).

Et l’IA vous fera comprendre qu’on n’est pas dans un Burnout ou un Gran Turismo. Si vous êtes violents avec elle, ils sauront vous le rendre comme tout humain le ferait. Les pilotes travaillent en équipe et parfois vous verrez un pilote vous bloquer la route pour laisser passer son coéquipier. Si vous vous mettez un pilote à dos, il ne l’oubliera pas et vous le fera payer (juste) pour les courses à venir dans l’épreuve.

C’est exactement cela qu’on demande à un bon GRID. Intense, accessible, semi-réaliste et fun.

La claque de ces trois dernières années

En laissant passer le temps, j’ai pu constater de nombreux retours négatifs sur le jeu.

Je ne sais pas si je me fais trop vieux ou si justement mon avis se base sur mes expériences passées. Mais dans tous les cas, pour moi, GRID a été une véritable claque. J’ai retrouvé un plaisir de jeu que j’avais perdu lors de mes parties sur des jeux comme Forza Horizon ou DIRT. Et vous l’aurez remarqué, je n’ai pas parlé de l’aspect customisation des véhicules. Celui-ci est limité mais suffisant puisqu’on ne recherche pas ici à frimer comme dans un Need For Speed.

J’avais besoin de revoir un titre qui se situe entre les genres et qui en prenne le meilleur. Un titre accessible qui apporte pourtant un certain défi. Un jeu qui ne mise pas tout sur le graphisme mais qui soit tout de même un peu au-dessus de la concurrence. Un titre qui ne soit pas trop arcade mais qui me donne tout de même envie de remonter dans ma voiture et de prendre la route. GRID m’a apporté tout cela et c’est la raison pour laquelle je recommande ce jeu.

Jeu testé à partir d’une version XBOX One X envoyée gracieusement par Koch Media.

Encore MERCI à Cylek (suivez-le c’est une valeur sûre) pour son test et son implication sur le blog. Découvrez aussi tous les autres tests de JEUX VIDÉO ►ICI◄ et mes streams TWITCH ! Et n’hésitez pas à me suivre sur vos réseaux sociaux préférés : Twitter et Instagram.

3 commentaires pour “GRID, le jeu de course pas exactement comme les autres !

    1. Hello Audrey, merci beaucoup pour ton passage et ton commentaire. Tu aimes bien les jeux vidéo ? Oui le jeu a l’air super sympa, et mon rédacteur Cylek l’a vraiment bien retranscrit dans son test. Je pense que Grid convient parfaitement aux amateurs de jeux de course à l’ancienne tout en intégrant des mécaniques + modernes ^^.
      Je te dis à bientôt ^^

Laisser un commentaire

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :