Home / QUESTIONS À / Sébastien Ruchet – Interview du PDG de Nolife

Sébastien Ruchet – Interview du PDG de Nolife

1) Salut Sébastien, alors quelle heure est-il chez toi ? Il fait beau ?

Coucou Lisa ! Eh bien il est 10h07, je suis à Nolife et il ne fait malheureusement pas très beau. C’est le climat parisien, que veux-tu… ^^

2) Tu es un des fondateurs de la chaîne Nolife, qu’est-ce qui vous a poussé à créer cette chaîne et pourquoi ce nom ?

nolife

 On avait vu en 2006 avec Alex Pilot (ndlr: Sébastien Ruchet est cofondateur de la chaîne en plus d’être le PDG) que créer une chaîne était à notre portée. C’était une chance incroyable de pouvoir parler de tous les sujets qui nous passionnent ! Mais c’était aussi un énorme pari. Le nom nous plaisait parce qu’il « parlait » immédiatement aux personnes qui nous ressemblent. Et puis, c’est drôle de s’appeler ainsi.

3) Cela n’a pas été facile tous les jours pour Nolife, que ce serait-il passé si elle n’avait pas survécu (Mais pour mon plus grand bonheur elle est saine et sauve :D)?

 Je confirme que cela ne reste pas facile tous les jours, même encore aujourd’hui. ^^ Mais depuis qu’on a des abonnés sur Nolife Online et maintenant noco, c’est vraiment ce qui nous a permis de continuer. Si Nolife avait dû s’arrêter… Je n’y ai pas trop réfléchi, je l’avoue. Je serais bien triste en tout cas.

4) A quand Nolife sur la TNT ?

Ah, ça, ce serait difficile. Déjà, il faut savoir que sur la TNT, les fréquences sont limitées, et attribuées par le CSA. Et les chaînes installées font tout pour qu’il n’y en ait pas d’autres qui entrent, forcément. Mais aussi, à côté de ça, émettre sur la TNT n’est pas aussi simple que sur l’ADSL ou le câble.En fait, sur la TNT, il n’y pas de réseau : il faut des antennes dans chaque ville. Au final, ça coûte plusieurs millions d’euros par an.
C’est d’une part des finances que l’on n’a pas, et d’autre part une pression financière énorme à assurer. Du coup, l’arrivée sur la TNT n’est pas vraiment prévue.On préfère se concentrer sur la diffusion par internet, ce que l’on fait déjà en VOD avec noco aujourd’hui.

5) Je crois savoir que tu es amateur de Sentaï, lequel est ton préféré et pourquoi ?

Je n’étais pas forcément super amateur de Sentaï à la base, même si j’aimais bien les séries. En faisant France Five, on a beaucoup étudié ces séries, et quand on voit leur niveau, on ne peut qu’être impressionné ! Je pense que la série qui reste la plus chère à mon cœur est Bioman.

6) D’ailleurs tu as tourné dans la série France Five en tant que leader de 5 héros rendant hommage à notre patrimoine français. Que retiens-tu de cette expérience ? Et pourquoi Red Fromage ?

A la base, France Five c’était d’une part l’envie pour plusieurs personnes de travailler avec Alex Pilot, dont on admirait le travail sur Bitoman. Et aussi l’envie d’essayer de faire une série de Sentaï sérieusement : vu tous les codes et contraintes de ces séries, c’était un exercice très intéressant. ^^
Le côté français vient du fait qu’on a aussi voulu rendre hommage à un sentaï amateur fait par des étudiants japonais dans les années 80, Aikokusentai Dainippon (愛國戰隊大日本).
Leur film était vraiment super bien fait ! Il comportait Red Kamikaze, Pink Geisha… C’est pour ça qu’on a Red Fromage et Black Beaujolais.

Notez que les créateurs d’Aikokusentai ont plus tard fondé un studio d’animation appelé Gainax. ^^ (ndlr: Gainax est un studio d’animation connu pour avoir produit et/ou réalisé ,entre autres: Nadia le secret de l’eau bleue, Neon Genesis Evangelion, Cutie Honey, Gurren Lagan, FLCL, Les Ailes D’Honneamise…)

Sinon, de notre côté, on a beaucoup appris en faisant cette série.  Le résultat n’était pas à la hauteur de nos espérances au début. On a vraiment compris, sur toutes ces années, le travail effectué par les équipes des vraies séries japonaises. Ce qu’ils font est assez incroyable.Après… On est contents d’avoir pu terminer notre série. Ça a mis quand même 14 ans du début à la fin.

7) Quel est le dernier auquel tu as joué ? Y a-t-il un jeu qui surpasse les autres dans ton cœur ?

En ce moment je joue à Super Robot Taisen Z 3 première partie. C’est une saga de jeux tactiques japonais rassemblant plein de robots de dessin animé, et j’y ai beaucoup joué il y a 10-15 ans : là c’est le premier qui me redonne envie depuis Alpha 3.

C’est un sentiment un peu curieux d’y rejouer après tout ce temps. L’épisode est bien, mais ça prend énormément de temps à jouer car il y a beaucoup de texte – et le scénario est l’attrait principal du jeu.
Sinon je garde toujours le dernier Civilization installé sur mon ordinateur. Là encore, un jeu qui prend du temps…  Et cette année j’ai beaucoup aimé Might & Magic X Legacy, développé par UbiSoft avec Julien Pirou en lead designer. Je savais que Julien était un grand fan de Might & Magic, ce qui est aussi mon cas, et je n’ai pas été déçu par l’épisode.

8) Tu as collaboré aux premiers jours du magazine Anime Land ? Que penses-tu de la direction qu’il a prise et de son évolution ?

Oui depuis la période fanzinat jusqu’à la professionnalisation, et encore après. C’est beaucoup de souvenirs : déjà, apprendre des métiers (rédacteur, coordinateur, graphisme, PAO) qui me servent encore aujourd’hui à Nolife. C’est aussi avoir été entouré de gens qui partageaient une même passion.
Et les gens ne se rendent pas forcément compte de l’importance qu’avait AnimeLand en tant que point de référence pour les curieux, amateurs ou professionnels, qui s’intéressaient au dessin animé japonais depuis.
Les choses ont bien évolué depuis.Pour ma part j’ai quitté le magazine après près de 6 ans, je crois ? Je n’avais plus grand-chose à dire et ils se débrouillaient très bien. Je ne connais pas trop la direction qu’il a prise depuis, mais je sais que la situation de la presse papier est très préoccupante.

9) Il est temps de te poser la question farfelue de La Geek En Rose : te rappelles-tu de mes sablés de Noël ? :3 [ndlr: 3615 mavie]

Héhé oui. On reçoit des fois des lettres de fans à Nolife, ce qui nous fait toujours plaisir, et là c’était carrément des sablés ! Comme toute l’équipe était en vacances et que c’est moi qui assurait la permanence à ce moment-là, j’ai eu droit à des sablés rien que pour moi. ^^

10) Pour finir cette interview en beauté y aurait-il une question que tu aurais aimé que je te pose ? Et qu’aurais-tu répondu ?

Euuuuh… Pas forcément, mais si des lecteurs sont curieux sur l’histoire de Nolife, Florent Gorges a écrit un super livre qui couvre des prémices jusqu’aux 5 ans de la chaîne et qui s’appelle Nolife Story : c’est dispo sur sa boutique en ligne: http://omakebooks.comA bientôt ! 😉

 

About lageekenrose

Blogueuse made in Toulouse, le jeu vidéo me fait voir la vie en rose. Née en même temps que Zelda et toujours en quête de découvertes vidéo-ludiques, j'aime partager mes trouvailles et expériences.

Check Also

nintendo spotlight e3 2017

NINTENDO Spotlight E3 2017: résumé et impressions

Le Nintendo Spotlight E3 2017 clôturait la grand messe des jeux vidéos.Découvrez le résumé de la conférence Nintendo Spotlight E3 2017 et mes ressentis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :