monark jrpg main artwork

Monark : héritier de Shin Megami et Persona ?

Il y a quelques années, le RPG Japonais marqua un grand coup avec l’arrivée de Persona 5. Jeu qui à montré qu’il existait une alternative aux J-RPG plus classiques comme Final Fantasy. Fort d’un succès plutôt énorme, l’équipe et le studio derrière Persona ont décidé qu’il était temps de profiter de cette situation pour relancer une autre série, les jeux Shin Megami avec un remaster HD de Shin Megami Tensei III Nocturne et Shin Megami Tensei 5 sur Switch. Un nouvel épisode auréolé d’un succès critique indéniable. Cette introduction vient vous situer Monark : un J-RPG sorti le 22 février 2022. Il a été développé par le studio Lancarse pour PS4, PS5, Nintendo Switch et PC et édité par NIS America.
Monark est une nouvelle licence créée par des anciens ayant œuvré sur la série… Shin Megami Tensei. C’est pourquoi quelques aspects du jeu ne seront pas inconnus à quiconque a déjà joué à Persona ou Shin Megami. Pour les autres, bienvenue aussi.

Monark, le nouveau RPG scolaire d'anciens développeurs des MegaTen, daté au 14 octobre - Actu - Gamekult

Monark : des thématiques fortes

Comme souvent dans des jeux ayant une partie dans le monde réel, qui sera ici une école, université et une version modifiée de celui-ci, l’histoire ne sera pas emplie de poésie et de joie de vivre. Suicide et dépression sont des thèmes adultes et plutôt communs dans les J-RPG. Vous voilà prévenus.

Notre héros, amnésique, parcourra la terre entière un monde rempli de dangers et le tout tournera autour des septs péchés capitaux. Lors de votre visite dans le monde réel, cela vous servira à augmenter vos statistiques. Lors de votre visite dans l‘autre version du monde, remplie de folie, une sorte de jauge de stress se remplit et lorsqu’elle est à fond, c’est le retour à la case départ pour repartir à l’assaut de l’étage de l’université.
Avant qu’elle ne le soit, des appels arriveront à notre personnage, libre à vous de répondre ou même de faire vous-même des appels. Et c’est de cette façon que les combats se déclencheront.
monark autre monde
Vous serez en terrain connu si vous avez déjà joué à quelques J-RPG auparavant. Les actions se font au tour par tour avec une grande importance des déplacements puisque votre personnage peut se déplacer dans une zone autour de lui afin de s’approcher, ou s’éloigner de l’ennemi, ou même se protéger. Vous y retrouverez des commandes classiques mais aussi quelques techniques qui peuvent parfois être combinées.
Certains combats sont exigeants et le game over n’est jamais réellement loin. Vous allez devoir réfléchir surtout que certains appels téléphoniques renferment des combats bien plus difficiles que d’habitude.
En naviguant entre les trois mondes, vous augmenterez vos personnages et statistiques afin d’avancer dans le jeu et son histoire. Encore une fois, si vous avez tâté du Persona ou Shin Megami, vous retrouverez certaines similitudes dans le synopsis et le système de combats.

Ces similitudes parfois trop présentes font partie des points faibles du jeu. Tout comme l’aspect graphique. C’est plutôt simple voir simpliste, vide et répétitif. Et c’est bien dommage.
Monark n’ayant, pour se faire connaître, cessé de rappeler qu’il est une sorte de fils adoptif de Persona et Shin Megami, deux séries de jeux brillants par leur direction artistique. Ces jeux ne sont pas des vitrines graphiques mais possèdent une identité propre.

Monark ressemble à un J-RPG tout ce qu’il y a de plus classique. Des personnages aux visages vus et revus par exemple. Il n’y a pas vraiment d’identité propre.

Le jeu parle également beaucoup. Il y a beaucoup de dialogues et régulièrement, ceux-ci sont poussifs, trop longs car peu intéressants. De plus, les voix sont en japonais/anglais et les sous-titres et textes du jeu sont tous en anglais. Un niveau correct d’anglais sera à peine suffisant pour tout comprendre car le style est plutôt soutenu. Soyez prévenus.
En conclusion, on sent que le studio veut bien faire, veut montrer son héritage, son appartenance aux autres licences mais ses défauts risquent forts de perdre bon nombre des gamers amateurs de J-RPG modernes. On ne peut le recommander qu’aux grands amateurs de J-RPG à l’ancienne (Tales Of, Shin Megami, Atelier, Final Fantasy Tactics, Blue Reflection…).
Jeu testé à partir d’une version Playstation 5 envoyée gracieusement par Koch Media.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut