Operation Wolf-KeyArt

Operation Wolf Returns : First Mission VR, VRitablement arcade

Hello les badass. Le 13 Juillet 2023, la VR fait un bond en 1987 et rapporte le mythique Opération Wolf à notre époque pour créer Operation Wolf Returns : First Mission VR.

Le monde des jeux vidéo évolue et pourtant Virtuallyz Gaming et Microids nous font rêver en faisant revivre une légende. Débarqué sur les casques de réalité virtuelle Meta Quest 2, PlayStation VR2 et Pico 4, ce jeu souffre à priori d’une terrible concurrence.

Le retour d’un rail shooter peut-il être une réussite aujourd’hui ?

Bien que l’on entende souvent des avis négatifs sur les productions Microids, avoir mis en avant le travail du studio français Virtuallyz Gaming est un coup de maître.

Operation Wolf Returns : First Mission VR est clairement destiné aux joueurs quarantenaires et passés à la réalité virtuelle. Pour les autres, ce sera une belle découverte de l’esprit arcade offert par des jeux comme Time Crisis ou The House of the Dead mais cette fois, en VR.

Operation Wolf-Logo

Roy Adams, le Rambo de l’arcade est de retour

Opération Wolf Returns : First Mission VR n’est pas un remake du célèbre Rail Shooter d’arcade de Taito. Il s’agit de son fils spirituel. Virtuallyz Gaming propose de vivre une expérience marquante et totalement fidèle à l’esprit des années 80-90.

Vous souhaitez un résumé du jeu ? Regardez le film Rambo soupoudré d’une dose de Metal Gear Solid. Limite Hot Shot, pour les fans de parodies de l’époque. En clair, 6 niveaux à traverser des forêts, des entrepôts et à bord de véhicules tels qu’un hélico et un camion de transport de troupes. Et avec un seul objectif: tirer sur tout ce qui bouge (ou presque).

Vous êtes Roy Addams, un agent spécial de l’armée devant lutter contre le général Viper. Cet homme est à la tête d’une armée digne de Revolver Ocelot. Car oui, en plus de tirer sur les traditionnels ‘méchants’ de l’armée adverse, vous affronterez de véritables monstres mécaniques.

Operation Wolf Returns-adversaires

Une armée de fourmis mais une armée tout de même

Dans Operation Wolf Returns : First Mission VR, votre chargeur est votre plus grand adversaire. Bien qu’il suffise d’une ou deux balles pour tuer vos opposants basiques, cela se corse rapidement.

Les porteurs de mitrailleuses lourdes, les hélicoptères, camions de transport de troupes demandent un à deux chargeurs avant d’être mis à terre.

Les Boss disposent d’une barre de vie aussi énorme qu’ils sont disproportionnés. Mais ils gardent un design dans l’esprit des équipements militaires du précédent millénaire. Des chars géants, un lanceur missiles tactiques, un robot araignée seront vos plus vaillants adversaires mais loin d’être les plus dangereux.

Et que dire du combat final ? Un pur bonheur de l’arcade. J’ai adoré. Une difficulté liée à la nécessité de connaître le ballet des adversaires à la perfection pour ne pas gâcher de balles et atteindre le rang sacro-saint rang S. Ou tout simplement pour réussir à finir le bullet hell que représente cette mission.

Operation Wolf Returns-tank

Operation Wolf Returns : First Mission VR, trop old school ?

Pour rester dans l’esprit sérieux de ses prédécesseurs tout en se tournant vers un nouveau public, Operation Wolf Returns : First Mission VR respecte un peu trop les codes de l’arcade du passé.

Ce rail shooter ne demande aucun déplacement sauf si vous souhaitez éviter les balles avec style. Les six niveaux de l’histoire se traversent sans nécessité de se retourner ou très peu. Il est presque dommage que seul le mode survie intègre réellement le mode 360 degrés offert par la VR. Mais j’y reviendrais.

Un autre point trop classique est qu’en dehors du fait de shooter vos adversaires et les médailles de munitions ou santé, il n’y a pas de défi de précision ou de recherche. En dehors des rats et quelques animaux qui traversent les terres, seules les prisons des otages seront à trouver. Et le grand Help scandé par ces otages est tellement visible que vous ne les raterez pas.

On aurait aimé avoir de nouveaux défis ou objets à collectionner pour correspondre aux classiques d’aujourd’hui. Avec, par exemple, une arme spéciale ou des chargeurs illimités à débloquer. Histoire de compléter notre arsenal.

Operation Wolf Returns-grenade

Rambo du riche ou du pauvre ?

Operation Wolf Returns : First Mission VR n’est clairement pas le jeu qui vous fera devenir un expert en armes à feu.

L’arsenal de base à votre disposition est composé de quatre armes de poing et d’un type de grenades classiques. Le pistolet, lent mais précis et avec un nombre de balles illimité est le choix de dernier recours. Le pistolet-mitrailleur Uzi est ultra-rapide mais peu précis. Tout comme le fusil à pompe qui dispose d’une portée de tir si ridicule qu’il ne vaut même pas la peine d’être utilisé.

Le dernier, le fusil-mitrailleur M16 est l’arme ultime du jeu. Précis et dévastateur, chaque balle reste précieuse mais terriblement efficace.

La grenade est votre outil de dernier recours et se garde pour les véhicules blindés. Car il existe des armes spéciales bien plus efficaces. Vous pourrez récupérer un lance-grenades qui augmente la portée et la cadence de vos grenades mais avec un magasin de seulement huit munitions. Ou utiliser le dévastateur lance-roquettes, qui, malgré son laser de visée, reste très imprécis. Mais après tout, c’est suffisant pour détruire toute cible légère à l’écran. Et assurer votre survie.

Operation Wolf Returns-usine

Operation Wolf Returns : First Mission VR, Last Survival Mode

Une petite déception est apparue après avoir fini le mode survie en moins de 40 minutes. Certes, dans ce mode, le jeu exploite enfin la VR comme il se doit. Planté au milieu de votre zone de survie, vous devez canarder les 99 vagues d’adversaires qui déferlent sur vous.

Ce mode apporte un souffle en plus au jeu. Une nouveauté qui est malheureusement trop limitée. S’il avait été possible d’apporter quelques réglages et personnalisations ou défis, cela aurait rendu le jeu plus addictif.

D’ailleurs, votre degré de réussite dans les niveaux se verra attribuer une note évoluant jusqu’à S. Et il en est de même en survie. Mais n’aurait-il pas été intéressant de pouvoir disposer d’un LeaderBoard pour se comparer avec les joueurs du monde entier ? Un moyen facile et rapide d’augmenter la durée de vie du jeu. D’autant qu’avec un seul niveau, ce mode reste très léger.

Operation Wolf Returns-helicopteres

Se refaire une beauté pour mieux s’éclater

S’il y a un point à mettre en avant et qui fait toute la réussite d’Operation Wolf Returns : First Mission VR c’est sa direction artistique. Les personnages, animaux et environnements disposent d’un look très inspiré de Team Fortress. Ce qui donne au jeu un aspect à la fois très arcade et totalement loufoque.

Virtuallyz Gaming a trouvé le moyen parfait pour ouvrir les portes du grand public à cette licence très sobre et militaire. Le message d’ouverture du Colonel Jones, qui a un petit air de Bison de Street Fighter, est très vite désenchanté par l’écran de chargement durant lequel on voit une poule marcher de profil (je suis totalement fan de cette poule). Il en est de même avec le hangar de mission qui est aussi bien équipé de véhicules militaires que d’un mini ballon de basket et des figurines Bubble Head des deux héros de la saga.

On retrouve cet esprit déjanté dans les mouvements des personnages vous attaquant, des otages et même des animaux. Cette dose de rigolade nous prouve que nous sommes bien dans un jeu d’arcade, certes violent, mais à prendre au second degré. Un hommage aux années 80-90. Une force qui donne tout son intérêt au jeu. Tout comme cela avait été le cas avec TimeSplitters par le passé.

Operation Wolf Returns - Fin

Operation Wolf Returns : First Mission VR, le retour de l’arcade réussi

Alors que de nombreux joueurs se plaignent de ne pas disposer de triple A pour leurs casques virtuels, Virtuallyz Gaming et Microids prouvent avec brio que ce n’est pas nécessaire.
Operation Wolf Returns: First Mission VR incarne parfaitement les types de jeu que de nombreux joueurs attendent sur les supports VR. Un jeu arcade, fun et pouvant tout de même proposer quelques défis. Avec lequel nous pouvons jouer pendant des heures ou réaliser des parties courtes de moins de dix minutes. Et qui peut se jouer assis ou debout, les deux positions ayant leurs avantages et inconvénients.

Et enfin, un jeu que l’on peut partager avec ses amis comme nous le faisions sur les bornes d’arcade malgré l’absence d’un mode coop en local ou en ligne. Un mode qui serait un tremplin parfait pour les versions consoles hors VR.

Car, Operation Wolf Returns : First Mission (non VR) sera également disponible à l’automne 2023 en version digitale ainsi que dans une version Day One Edition sur PlayStation 4, PlayStation 5 et Nintendo Switch. Et aussi disponible exclusivement en version digitale sur Xbox One, Xbox Series S et PC.

Jeu testé à partir d’une version Meta Quest 2 fournie gracieusement par Microids.

Testeur multi plateformes (Playstation, Nintendo, MicrosoftXbox et PC). Addict à la Fantasy. "Cet homme est un bon à rien! Oui mais lui, il est au moins moyen en tout!"
Posts created 94

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut