Persona Strikers Joker

Persona 5 Strikers : Les voleurs fantômes en pleine action !

Je pense qu’il n’est plus nécessaire de vous présenter Persona 5. En effet, je doute fort que vous ayez pu échapper à ce phénomène du J-RPG durant ces deux dernières années. Atlus nous a offert par le passé de nombreux spin-offs de sa série phare : jeu de rythme, jeu de combat ou encore dungeon crawler. Et c’est maintenant au tour du hack and slash (genre qu’on retrouve en partie dans Gods Will Fall ou Darksiders III, par exemple) de rejoindre la liste avec ce nouveau titre. Persona 5 Strikers est disponible depuis le 23 février 2021 dans nos contrées sur Nintendo Switch et Playstation 4.

Le grand retour des voleurs fantômes ?

Nous retrouvons nos héros un an après les événements de Persona 5. Le jeu part d’un postulat simple : le retour de notre héros à Shibuya pour les vacances d’été. Tout semble bien se passer, les retrouvailles sont chaleureuses. Mais dès le lendemain des événements étranges se produisent. Tout a l’air de tourner autour d’une obsession envers une jeune designer de génie. Suite à un petit coup de main du destin, Joker et Skull se retrouvent plongés dans le métaverse à nouveau ! Bienvenue en prison !

Dans cet épisode, il n’est plus question de palais. Non, cette fois, le groupe a affaire à des prisons, sorte de bastions où sont volés les désirs des gens. Cette différence de donjons sert principalement à introduire le nouveau système de ce Persona 5 Strikers : le hack and slash. Les Palais étaient vastes mais les prisons les dépassent de loin ! Les cartes sont grandes et spacieuses avec de nombreux obstacles. Multiples cartes, couloirs et arènes sont prêtes à recevoir l’action ! Un système de téléportation facilitera vos allées et venues en reliant le tout.

Hack and Slash and Persona

À l’instar du jeu principal, les phases de jeux sont divisées entre des scènes sociales et autres préparations dans le monde réel et les phases de combats et explorations dans le métaverse. Le système de combat se dévoile très rapidement et la quantité d’informations est assez intense. Attaques simples, secondaires, interactions avec l’environnement, utilisation des armes à feu et invocations de Persona sont autant de manipulations qui seront à maîtriser.
Le rythme est poussé et, même en difficulté normale, les erreurs sont punies assez sévèrement ! Le challenge est vraiment présent. Ce qui ne me surprend pas au vu de la qualité des autres spin-offs de la série qui ont toujours eu comme vocation d’être accessibles pour les nouveaux joueurs, mais suffisamment ambitieux pour les vétérans du genre. 

Si vous n’êtes pas à l’aise avec les jeux hack and slash, je vous conseille la difficulté facile. Ou bien prenez le temps de farmer de l’expérience et des butins.

L’exploration des prisons en demi-teinte

Là où le système de combat est précis, nerveux et fluide, on constate en contrepartie une légère rigidité dans les déplacements hors combats. Les sauts sont parfois imprécis et peuvent être légèrement frustrants. La progression dans les prisons et également relativement redondante. Je n’entrerai pas dans les détails dans un respect de la découverte du jeu, mais sachez qu’une fois la première prison complétée, vous allez avoir souvent un sentiment de déjà-vu. Dommage..

Des amis de longues date…

Sorti du métaverse, on apprécie de retrouver ces amis avec lesquels nous avions évolué lors du jeu de base. Nous avons quelques informations quant à leur évolution et leurs projets depuis cette année écoulée. Les dialogues sont très bien ficelés et on se prend à profiter de chaque situation aussi rigolote soit elle.

Et des nouvelles têtes

Mais Persona Strikers 5 nous offre de nouveaux personnages avec lesquels faire connaissance. Que ce soit un inspecteur un peu trop fouineur ou bien une brillante scientifique fana de chats, ces personnages sont aussi bien travaillés que nos voleurs.

Ce n’est plus une surprise en soi, mais le studio Atlus nous prouve une fois de plus qu’il porte une grande attention à ses licences même lorsqu’il s’agit d’un spin-off comme Persona 5 Strikers. Bien qu’on puisse lui reprocher quelques mouvements frustrants et une redondance des donjons, le jeu est une petite pépite de la licence Persona nous offrant toujours plus d’aventures avec nos voleurs de cœurs favoris ! 

Jeu testé à partir d’une version envoyée gracieusement par Koch Media.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :