Rise of the ronin yokohama paysage landscape

Rise of the Rōnin, décrié et pourtant adoré

Hello les Kirbz, nous sommes toujours là et heureux de vous retrouver pour le test du très bon Rise of the Rōnin.

Le titre exclusif à la Playstation 5 est sorti le 22 mars 2024. Passé inaperçu pour certains et décrié par beaucoup. La version 1.003 du 04 avril a permis de remettre les pendules à l’heure japonaise.

Le titre de la Team Ninja est à la fois une évolution et un hommage aux titres passés. Nous ne parlons bien entendu pas du tout de la saga Dead or Alive. Mais bel et bien de la saga Ninja Gaiden et des inévitable Nioh et Wo Long : Fallen Destiny.

Rise of the Rōnin est un jeu d’action aventure en monde ouvert qui surprend par son coté abordable tout autant que les défis qu’il propose.

Deux faces d’un même destin

Rise of the Rōnin est un titre qui offre différents niveaux de jeu. En effet, nous allons incarner un personnage principal disposant de son histoire propre. Mais contrairement aux précédents titres de la Team Ninja, nous ne restons pas contraints de l’incarner cent pour cent du temps. Les différents protagonistes que vous rencontrerez pourront être incarnés selon votre niveau de relation avec eux. Et les choix politiques que l’on réalise au cours du jeu.

Rise of the ronin - Creation personnage

Pour en revenir à la base. Lors du prologue du jeu, le joueur peut incarner une des deux « Lames jumelles » au destin tragique. Les lames jumelles sont des groupes de deux ninjas formés ensembles par leur maître. Ces deux âmes sont liées par un engagement si fort que si l’une des deux meurt, l’autre la suivra dans l’autre monde. Situation qui survient lors de votre première mission pour attaquer un bateau Anglais.

Rise of the ronin-Partage d apparence

Dès notre retour auprès de notre maître, nous affrontons la tradition et notre maître. Seule solution pour rester en vie. Et première critique des traditions japonaises de l’époque. Rise of the Rōnin est clairement un jeu qui remet en cause la « voie du samouraï » tant admirée. Ce ne sera d’ailleurs pas le seul aspect critique du jeu.

Rise of the ronin-la voie du samourai

Une fois devenu un Rōnin, un Samouraï sans maître, nous nous retrouvons face à un Japon en pleine révolution.

Rise of the Japon

Dans Rise of the Rōnin, l’aspect historique de la situation se révèle être le véritable cœur du jeu. Ici nous ne sommes pas présents uniquement pour enchaîner les tueries plus ou moins discrètes. Le joueur incarne un Rōnin en 1863, période charnière de l’ouverture du Japon au monde. Une période marquant la fin de l’ère Edo et l’arrivée des colons anglais et français dans l’archipel.

Rise of the ronin-Chronologie

Chaque action réalisée fera avancer le pays dans une direction ou une autre. Choisirez vous d’incarner la voie traditionnaliste cherchant à repousser les avances faîtes par les colons ? Ou préfèrerez vous profiter des promesses d’évolutions technologiques et commerciales des « Navires noirs » ? Le choix est réel et influence totalement votre place au sein de la société en construction.

« Expulsionniste » anti-shogunat ou agent(e) privé(e) de police pro-shogunat, la bascule se fait parfois involontairement. Il est nécessaire de bien faire attention au choix de ses relations. Et surtout de bien faire attention à ne pas devenir trop curieux. La limite est parfaitement posée pour le jeu. Tout étranger ou personnage échangeant avec eux est considéré comme pro-shogunat. Mais parfois, il faudra lire entre les lignes pour le comprendre.

Rise of the ronin-moment de choix

Au final, peut-on réellement s’opposer à l’histoire ?

Nioh, ni bas

Avouez que mes jeux de mots ratés vous manquaient. Tout ceci pour aborder l’aspect graphique du jeu Rise of the Rōnin. Nous affrontons ici des critiques qui méritent d’être révisées et ajustées.

Rise of the ronin-paysage de nuit

Rise of the Rōnin repose sur le moteur graphique utilisé depuis plusieurs années par la Team Ninja. Et quoi qu’on en pense, ce moteur tient le coup. Pour rappel, tout le monde ne dispose pas du moteur graphique d’Insomniac Games. Ou de la maîtrise des astuces hardware nécessaires exploitées par Sucker Punch Production.

Rise of the Rōnin est beau, efficace et fluide, depuis le patch 1.003. Si nous ne nous concentrons que sur la première heure de jeu, nous apercevons les pires cotés du jeu. Même en mode performance, nous avions rencontré des ralentissements alors que nous étions encore dans la partie « couloir » du prologue.

Mais après ces mauvais moments, le phénomène n’est plus réapparu. Sauf après plus de quatre heures de jeu sans utiliser l’option de téléportation. Car le jeu souffre du même problème que tous les open-world sur la Playstation 5. À force d’évoluer sur une carte qui charge en continu, notre machine sature. Et comme c’est une spécialité des open-world, votre expérience se dégrade petit à petit si vous ne pensez pas à faire un petit téléport de temps à autre.

Rise of the ronin-Defaut de profondeur

Passé cet élément, les véritables limitations proviennent de la profondeur de vision détaillée et les accessoires. Lorsque l’on est dans les parties montagneuses, nous distinguons les zones de chargement à moins de cinq mètres devant nous. Phénomène atténué avec le dernier patch.

Quant au problème des accessoires, il est double.

Le Skyrim trauma est de retour

Ce point est un plaisir pour quelques joueurs mais un enfer pour la majorité. Nous avons à disposition plus d’une centaine d’accessoires, éléments d’habillement et armures. Et bien que ces divers éléments soient en réalité des déclinaisons de skin des mêmes éléments, ils ne sont pas toujours faciles à gérer. Mais avant de parler chiffons, parlons graphismes.

Rise of the ronin-vêtements rigides

Les personnages joueurs et non joueurs de Rise of the Rōnin disposent de nombreux accessoires visuels leur offrant une singularité appréciable. Cependant, les développeurs de Team Ninja semblent avoir de nombreux soucis avec la physique des objets. Qu’il s’agisse des tenues dont les tissus gardent un aspect rigide ou des armes et accessoires qui traversent les corps, ces imperfections donnent un aspect très vieillissant au titre.

Ce qui est dommage car la multitude d’accessoires et les milliers de combinaisons de tenues sont un très bon point pour le jeu. La personnalisation à outrance est devenue une norme. Rise of the Rōnin offre un niveau plus que suffisant de personnalisation. Et tout comme chez ses concurrents, l’option de modification de l’apparence des équipements est disponible. Une option qui s’accompagne d’une possibilité réellement utile. Le transfert de compétences entre arme ou entre équipement.

Rise of the ronin_Vetements et accessoires

Ainsi comme dans les autres open-world, le joueur passe la majorité de son temps à récupérer des objets pour les revendre, récupérer les compétences liées ou ou démonter les armes pour en renforcer d’autres.

Il est donc possible de créer son Rōnin unique, au prix de centaines d’heures d’exploration et de réalisation des missions principales ou secondaires.

Rise of the Rōnin, un jeu assassin

C’est donc ici que l’on déclare ouvertement que Rise of the Rōnin est le Assassin’s Creed Japon que nous attendions. Le titre de Team Ninja offre des références historiques réelles bien qu’elles ne soient pas totalement respectées. Les libertés scénaristiques et uchroniques réalisées sont complètement justifiées par le fait de proposer un jeu qui reste toujours intéressant et cohérent.

Mais les éléments suivants vont largement faire écho aux titres d’Ubisoft.

Rise of the ronin-embranchements scénaristiques

Dans Rise of the Rōnin, le joueur dispose toujours de plusieurs possibilités de réalisation d’une mission. Celles-ci sont majoritairement des missions d’assassinat d’un personnage appartenant au groupe des « Expulsionnistes » ou des pro-shogunat. Il est possible de traverser les lieux en restant discret, caché dans l’ombre ou les feuillages. Ou de foncer dans le tas, à ses risques et souvent périls. Avec la possibilité de lancer des représailles afin de tenter de récupérer notre équipement en réussissant à tuer notre adversaire directement après notre première tentative de résurrection.

Rise of the ronin-Recherche dechats

Si notre niveau n’est pas adapté, il est possible de réaliser différents types de missions secondaires. Celles-ci se débloquent en explorant les quartiers pour trouver les lieux remarquables. Ou en réglant les conflits permettant aux populations de reprendre possession des lieux. Ainsi, vous pourrez aussi découvrir les trésors cachés dans les zones ou caresser les chats errants. Ces derniers deviennent alors vos troupes pour les missions de location de chats. Ces missions seront moins aléatoires que l’envoi de chiens pèlerins dans les parties des autres joueurs connectés mais rapporteront aussi des objets moins rares.

Rise of the ronin-Carte des missions

Des centaines de missions annexes vous attendent. Certaines ayant plus d’importance que d’autres.

Un Rōnin sans maître mais pas sans liens

La lame jumelle que choisissez d’incarner dans Rise of the Rōnin doit développer son réseau pour survivre. Et quel que soit le camp choisi il sera nécessaire de faire évoluer les liens avec les protagonistes complémentaires. Ceci sera possible en leur parlant dans votre Nagaya, votre repaire, ou en leur rendant visite pour accomplir des missions spécifiques.

Rise of the ronin-Developpement personnel

La manière la plus subtile d’obtenir un renforcement de vos liens avec un personnage est d’aménager votre Nagaya. Selon les objets que le joueur choisit d’exposer chez lui, les PNJ pourront vous rendre visite. C’est alors l’occasion parfaite de leur offrir un cadeau acheté au cours de votre périple et de leur poser quelques questions. En renforçant ainsi le lien avec le personnage, celui-ci finira par débloquer des missions spéciales.

Rise of the ronin-Dialogue de relation

Et surtout, il acceptera de vous accompagner pour la réalisation des missions de progression dans l’histoire. Et ces compagnons ne font pas qu’attaquer vos adversaires. Le joueur peut en cours de combat décider de changer de personnage contrôlé. Il passe donc du contrôle de la lame jumelle à un des PNJ accompagnateur avec un équipement et surtout un armement totalement différent. Un point extrêmement important et stratégique. Pour notre plus grand plaisir.

Rise of the ronin-Igashichi Iizuka

Mais renforcer les liens avec certains personnages offrira bien plus. Par exemple, renforcer vos liens avec Igashichi Iizuka, le Leonard de Vinci de l’époque, en réalité décédé en 1836 donc avant le début du jeu, permet d’acquérir ou de renforcer certaines créations technologiques de ce dernier. Ainsi, notre rōnin pourra disposer non seulement d’une aile dépliable équivalente à celle offerte par Léonard à un certain assassin, mais aussi d’un lance-flamme, un détecteur d’adversaires (vision d’aigle ?), d’un appareil photo ou une montre à gousset. Inspiration quand tu nous tiens.

Rise of the ronin-Photographie

Attention encore une fois à ne pas tisser des liens avec n’importe qui ou ne pas négliger vos intérêts.

Le cinéma japonais à portée de manettes

Lorsque nous parlons d’intérêts, le premier est la survie. Une survie qui passe par deux points importants. Le combat et les intrigues.

S’il existe neuf types d’armes, chacun peut être lié de deux à six styles de combat ou d’entrainement différents. Ce qui laisse de quoi trouver son style préféré. Et surtout, disposer sur chaque arme, principale ou secondaire, de styles variés s’adaptant à nos adversaires. Car la véritable difficulté en combat est celle de disposer d’un style de combat équivalent ou supérieur à celui de notre adversaire. Négliger ce point pourra rapidement vous coûter la vie.

Rise of the ronin-Style arme

Une fois cet élément géré, le cinéma japonais prend toute sa place dans Rise of the Rōnin. Les actions chorégraphiées de contre et d’achèvement de nos adversaires sont magnifiques et sanglantes. La mise en scène de ces mouvements spéciaux s’inspire clairement des films traditionnels tels que la trilogie de La revanche des 47 Rōnin des années 1941 à 1968 ou La forteresse cachée de 1958. Les intrigues nous rappellent des films comme Hokusai, Les 7 samouraïs ou le film américain, Le dernier Samouraï.

Rise of the ronin-Suivre un hasard

Le rythme de l’intrigue étant cassé par les dizaines de missions intermédiaires à réaliser entre chaque grand pas en avant dans l’aventure donne tout son sens au mode « Histoire ». Celui-ci est dédié à ceux qui souhaitent justement suivre l’intrigue ou qui débutent l’expérience open-world.

Rise of the RōninS

Un des points intriguant de Rise of the Rōnin est l’existence d’un mode coopération. Enchanté à l’idée d’explorer les terres accompagné de mes amis ou de joueurs du monde entier, l’expérience s’est révélée bien plus terre à terre.

Le mode coopération proposé permet de lancer des missions avec d’autres joueurs connectés. Ces missions sont déterminées de manière aléatoire si l’on souhaite se lancer rapidement. Il est aussi possible de recruter des joueurs pour relancer une mission ou d’en rechercher de manière précise.

Rise of the ronin-Coopération

Le seul regret est de ne pouvoir sélectionner que des missions déjà finalisées. Ce qui vous poussera à baisser le niveau de difficulté pour les terminer avant de potentiellement y revenir avec vos amis et la difficulté attendue. Un choix tout à fait compréhensible afin de garder la possibilité pour le joueur de vivre son expérience au mieux. Mais un poil frustrant.

Un mode à réserver aux chasseurs de platine car les trophées demandent beaucoup d’investissement.

Rise of the Rōnin, un pari qui se réussit petit à petit

Rise of the Rōnin est une réussite. Le jeu de la Team Ninja alliée à Koei Tecmo et édité par Sony Interactive Entertainment dispose de toutes les qualité attendues d’un bon jeu.

Rise of the ronin-Chat

L’histoire est intense et nous donne envie de relancer des parties afin de mesurer les impacts de nos différents choix.

Les missions principales et secondaires sont nombreuses et variées. Ce qui permet au titre de disposer d’une très grande durée de vie.

Les options tentées sur le titre ne sont pas les plus intéressantes. Mais encore une fois, des propositions comme le mode coopération permettent de maintenir l’attractivité pour le joueur investi.

Enfin, les trois modes de difficulté assurent une accessibilité forte au jeu. Tout en faisant attention à ne pas le mettre entre les mains des plus jeunes car le jeu reste sanglant.

Jeu testé à partir d’une version Playstation 5 fournie gracieusement par Sony Interactive Entertainment France

Testeur multi plateformes (Playstation, Nintendo, MicrosoftXbox et PC). Addict à la Fantasy. "Cet homme est un bon à rien! Oui mais lui, il est au moins moyen en tout!"
Posts created 94

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut