Forspoken Logo Frey

Forspoken : un parkour sans fautes ?

Bonjour tout le monde et bienvenue dans ce test de Forspoken, une exclusivité PlayStation 5 et PC.

Lors d’un showcase en Juin 2020, le studio Luminous Productions, papa final de Final Fantasy XV, nous dévoile dans un teaser trop beau pour être vrai (réponse plus tard dans le test). Ce futur jeu, « designed for PlayStation 5 », avait pour nom de code « Project Athia ».
Nous y découvrions une femme, pouvant sauter sur de très longues distances, dans des paysages naturels, affrontant des ennemis au moyen de pouvoirs magiques. Intriguant et surtout, appétissant. Square Enix est à la barre. Le studio Luminous Productions est aux commandes. Une exclusivité PS5 et donc une véritable optimisation. Cela s’annonce bien.

Et c’est ainsi que nous nous retrouvons, le 24 Janvier 2023, avec le jeu en mains. Il s’appelle maintenant Forspoken. Le nom de code « Athia » est toujours présent et c’est le nom du monde dans lequel nous allons plonger. En compagnie de Frey, notre mystérieuse héroïne.

Forspoken Frey

Be-Forsposken, lançons le jeu

L’histoire de Forspoken démarre à New-York. En quelques minutes, nous découvrons lors d’un procès, notre héroïne, Frey, qui a visiblement commis quelques mauvaises actions. Nous apprenons qu’elle est orpheline, n’a jamais connu ses parents mais essaie tout de même de s’en sortir.

Suite à des mauvais choix effectués quelques temps auparavant, Frey manque de mourir et se retrouve sdf. C’est alors qu’elle découvre un mystérieux bijou d’avant-bras (un bracelet serpent allant du poignet au coude) et d’un seul coup d’un seul, atterrit dans un autre monde. Le monde d’Athia. Un monde dans lequel, le bracelet commence à lui parler et lui permet d’accéder à divers pouvoirs magiques comme courir très vite, sauter très loin et tirer des projectiles avec ses mains.

Le monde d’Athia est en danger et vous êtes la seule à pouvoir le sauver grâce à vos pouvoirs. Situation classique. Sauf que Frey n’a qu’une envie, retourner à New-York.

Voici donc la base du scénario, qui se divise en plusieurs chapitres. Vous y découvrirez certaines figures importantes du monde d’Athia. Comme les Tantas, qui sont des piliers de l’histoire (c’est pourquoi je ne vous en dis pas plus), des personnages charismatiques et mémorables.

Forspoken desert

Leçon de parkour-combat

Passons maintenant au gameplay: dans quelle catégorie se place Forspoken ? Les premières vidéos n’étaient que des démos techniques sans révélations sur le gameplay global. Après plusieurs dizaines d’heures de jeu, nous pouvons qualifier Forspoken comme un action-RPG.

En effet, vous allez devoir vous battre. Beaucoup. Le gros du travail du studio a été fait sur les combats, élément principal du jeu. Le monde d’Athia n’est pas en paix et regorge de monstres en tout genre.

Mais vous allez devoir les combattre, au moyen de votre affinité pour le parkour. Oui, le parkour. Frey va pouvoir s’élancer sur de longues distances, grimper à peu près partout, prendre appui sur tout ce qui existe sur un plan physique et virevolter dans les airs.

Grâce à la touche Rond, vous allez pouvoir utiliser votre endurance pour déclencher le mode parkour.  Lorsque vous êtes dans cet état, Frey esquive tout automatiquement. Ce qui donne lieu à de très belles animations. C’est vraiment magnifique. Vous aurez aussi à votre disposition plusieurs styles de combats. Je vous laisse la surprise concernant les autres styles que celui de base.

Le tout constitue un point fort du jeu. Les combats sont réussis grâce aux animations de qualité. En lui-même, le système des combats est classique, mais l’ajout du parkour et des animations, saupoudré d’effets de lumière et de particules en tous genres, rend le tout très agréable à l’œil et l’on prend donc plaisir à combattre.

Forspoken, un action…RPG

Le coté RPG de Forspoken se retrouve dans le fait que Frey possède des statistiques que vous pourrez améliorer de différentes façons grâce à l’expérience gagnée lors des combats. Vous pouvez  augmenter votre attaque, votre défense, vos différentes magies ainsi que vos accessoires et équipements.

Vous disposez de différents modèles de capes, de la possibilité d’y associer divers colliers et des … vernis à ongles (existe en plusieurs modèles).

Chaque accessoire possède des caractéristiques propres que vous pourrez réattribuer, en les craftant à l’aide d’objets trouvés ci et là. Pour les trouver, différents challenges s’offrent à vous. Il y a  des défis où vous devrez remplir certaines conditions. Ou des labyrinthes à explorer avec, bien entendu, un boss à la clé.

Enfin, dans les points positifs, le jeu propose différentes options d’accessibilité vous donnant la possibilité de personnaliser votre aventure. Aventure qui a été conclue en 21 heures, tout en réalisant les quêtes annexes pour augmenter les statistiques de Frey. Et en prenant le temps d’explorer le monde d’Athia.

Forspoken

Donc tout va bien ? If you speak english.

Malheureusement, le système de combat et le gameplay sont les seuls (et gros) points forts du jeu. En effet, le reste aurait dû être plus travaillé.

L’histoire en elle-même est prévisible. Il n’y a pas vraiment de surprises. Certains personnages ne doivent leur salut qu’à l’interprétation des voice actors. En anglais.

Je vous déconseille de jouer en VF. Votre serviteur n’a tenu que trente minutes. Et pourtant, pour ne citer qu’elle, Fily Keita, la voix française de Frey est très connue et son CV n’inspire que du respect. Malheureusement, les voix françaises sont mal dirigées. Et je suspecte que les voix anglaises n’ont pas été écoutées en amont pour se caler. On le ressent dans le fait que les voix anglaises semblent plus efficaces.

De plus, le personnage de Frey, de par le background qui lui a été donné, se comporte en cliché. Frey est le seul personnage à jurer dans presque chaque phrase. Entendre des « shit » et des « fuck » à tout va, au bout de 20 heures, c’est lassant.

Enfin, parlons de la musique. Elle n’est présente dans le jeu que pour illustrer. Il n’y a pas de musique marquante. Uniquement des musiques d’ambiance, aux tonalités entendues et réentendues un peu partout. L’OST sonne dans le style Heroic-Fantasy, oui, mais c’est tout.

Forspoken

Ah… Autre chose ?

Les Tantas, mentionnées précédemment, sont un point fort du jeu de par leur design et la qualité des actrices (Bonjour Tanta Sila et Prav). Elles rehaussent le jeu par leur présence car certains designs de personnages sont…spéciaux et peu inspirés. Mention spéciale au membre du conseil de la ville principale et son chapeau orné d’un anneau géant.

Mais l’aspect RPG évoqué plus haut possède ses faiblesses. Lorsque vous obtenez un nouvel accessoire, avec un nouvel effet, comme un boost spécifique, vous pourrez le dupliquer à loisir pour tous les autres accessoires. Dès lors, vous vous équiperez de la cape qui vous plaît le plus puisqu’aucune ne possède de capacité propre. Finalement, même si cela permet de porter la tenue qui nous convient, nous perdons le charme de l’accessoire ultime mais moche que nous aimons arborer fièrement dans les classiques RPG.

Comme indiqué précédemment, vous aurez à votre disposition plusieurs styles de combat. Les ennemis y sont plus ou moins sensibles, à vous de passer de l’un à l’autre pour en profiter.

Cependant, il est tout à fait possible, même en mode Normal, de finir le jeu en n’utilisant que la magie de base. Ce qui a été mon cas puisque j’ai trouvé le style de combat à l’épée trop proche et que les autres styles ont des animations trop lentes à mon goût.

Forspoken

Forspoken, cette démo technique qui a tant fait parler.

Je n’ai pas encore abordé l’aspect graphique de Forspoken et cela peut certainement vous surprendre. Le jeu n’est pas une claque. Après y avoir joué entièrement en Mode Performance, soit 60fps en 4K, le passage en mode qualité surprend car le jeu est juste plus fin mais en 30fps. Et surtout le mode Ray-tracing n’apporte pas grand-chose, étonnamment.

Concernant les environnements, New-York est vide, la ville principale aussi. L’impression de vie y est totalement absente. La première zone du jeu étonne par son aspect d’un autre temps alors que les zones suivantes, elles, sont détaillées, avec beaucoup d’herbe, de végétations et de d’éléments au loin. La distance d’affichage est respectable. Les ennemis se repèrent de loin.

Vous pouvez même tomber sur des hordes d’ennemis de base (plus de 50 ennemis à l’écran), sans que cela ne fasse tousser le moteur du jeu. Cependant, zapper les dialogues et le jeu va freeze un instant, voir quelques secondes pour charger la partie suivante du dialogue. Et en comparaison, le jeu est capable charger votre partie en 2 secondes chrono.

For…waiting

Dans Forspoken, la plus grande frustration provient des temps de chargement qui sont en dents de scie. Nous avons parfois des personnages ayant des animations saccadées (technique utilisée pour économiser des ressources quand des éléments sont lointains) alors que les personnages sont au premier plan.

Le jeu use et abuse des fondus en noir. Une cinématique se lance, fondu en noir, un dialogue, même chose. Une seconde vague d’ennemis apparaît, encore un fondu, avec des animations, comme cette technique de fondu, d’un autre temps. Un chaud et froid constant.

Quant aux options d’accessibilité évoqué plus haut sont un plus, dont deux sont en fait… indispensables.

Frey et Krav (Cuff en anglais), le personnage du bracelet parleront et se lanceront des piques à la tête après chaque combat. Seulement, la variété est limitée. Vous pourrez diminuer ces interactions ou même les supprimer, heureusement.
Vous aurez également beaucoup d’objets à ramasser pour votre craft. BEAUCOUP. Appuyer sur Triangle à chaque fois deviens vite ennuyeux. Et c’est avec beaucoup de plaisir que vous pouvez activer le ramassage automatique des objets, étonnement considéré comme une option d’accessibilité.

Forspoken Thank You

Forspoken, alors j’achète ou pas ?

En conclusion, Forspoken est très plaisant à jouer, vraiment. Explorer et combattre sont vraiment des choses très agréables. Le tout est plombé par des défauts impossible à masquer. Forspoken aurait pu être une nouvelle licence forte. Mais le jeu rate le coche à cause de soucis beaucoup trop flagrants et des mécaniques d’un autre temps.

Si vous cherchez un jeu d’action/aventure remplissant les cases d’un bon divertissement, allez-y. Si vous cherchez un jeu d’action/aventure digne des plus grands, Forspoken ne devrait pas être votre premier choix. Pour le moment. Car d’autres contenus arriveront durant l’année 2023. Et nous pouvons espérer que ceux-ci apporteront les changements qui offrirons une nouvelle chance à ce jeu prometteur.

Test effectué sur PlayStation 5 grâce à la générosité d’un code envoyé par Square Enix.

Joueur depuis trop longtemps pour oser le dire. Animateur de podcast et artiste 3D amateur. Respire et vit virtuel. " Donc quelque part dans un bureau, quelqu'un s'est dit que c'était génial ?! "
Posts created 19

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut