logo nier replicant

NieR Replicant ver.1.22474487139… Le test remasterisé

Nier, un mot qui aura marqué l’année 2017 (déjà 4 ans oui…) et qui résonne aujourd’hui dans le cœur de nombreux gamers. Développé par le studio PlatinumGames et édité par Square Enix, le succès mondial et incontestable de Nier Automata, tout comme ses qualités, a donné l’idée aux studios de ressortir l’opus précédent, Nier, afin de le faire connaître au plus grand nombre.

NieR Replicant ver

Cela permet également de surfer sur le succès de Nier Automata. Seul un cercle de gamers restreint connaissait le premier opus, Nier. Aussi, cela nuance l’idée que la sortie de Nier Replicant a pour but de faire de l’argent facile. Presque un jeu de niche malgré le style du jeu, beat’em all, qui lui, est beaucoup plus évocateur.

Nier Replicant : un peu d’histoire

Information importante. Nier n’est pas vraiment le titre du jeu original. En effet, lors de sa sortie au Japon en 2010 (déjà, encore, oui), la version PS3 s’appelle Nier Replicant. La version X360 s’appelle Nier Gestalt. Dans le reste du monde, le jeu se base sur la version Gestalt. Version ? Oui, les « deux » jeux ont des différences. La principale étant l’apparence physique du personnage principal et sa relation avec le personnage de Yonah.

En effet, dans Gestalt, Nier, le personnage principal est le père de Yonah avec une apparence bien plus adulte, dans Replicant, il est son frère. Le reste du monde a donc le jeu où Nier est le père de Yonah. Il est probable que Square Enix ait jugé qu’un personnage principal avec une apparence adulte et bien plus bourrine, n’ayons pas peur des mots, était plus adapté pour le marché américain et européen. Le marché japonais est souvent plus sensible à un personnage plus frêle, androgyne et au teint de porcelaine. À noter qu’un jeu nommé Drakengard, sorti sur PS3 en 2003, se déroule dans le même univers et peut être qualifié de premier jeu Nier sans en avoir le nom.

Après cette courte mais importante introduction, venons en à ce qui nous intéresse ici : NieR Replicant ver.1.22474487139…
Vous l’aurez deviné, cette version remastérisée pour nos PS4, Xbox One et PC, sortie le 23 avril 2021, est basée sur Nier Replicant. Donc Nier est ici le frère de Yonah. Votre sœur est très malade, atteinte d’une maladie rare mais mortelle et il se profile l’ombre d’une hypothèse de remède. Vous allez donc tout faire pour trouver ce remède et sauver Yonah.

Pour apprécier le jeu, vous aurez besoin de garder en tête une notion importante. Le jeu date de 2010. Les mécaniques de jeu sont vieillottes et n’ont plus cours actuellement. Certaines choses ont très bien vieilli et d’autres choses sont maintenant bannies des jeux actuels pour notre plus grand bien. Le fameux Quality Of Life.

maxresdefault

Un gameplay dynamique dans un monde enchanteur

Lorsque vous prenez en main le jeu, c’est fluide, c’est propre et extrêmement dynamique. La touche Nier. Un beat’em all au gameplay addictif et aussi dynamique qu’un Devil May Cry, en plus poussé. Avec parfois des airs de Bullet Hell (un nombre impressionnant de tirs à l’écran que vous devrez esquiver comme dans nos bons vieux shoots spatiaux 2D). Ajoutez à cela un soupçon de RPG avec des prises d’expérience, des attributions d’améliorations sur vos armes et sorts magiques ainsi que de la forge et renforcement d’armes. Le tout dans un monde à la direction artistique reconnaissable au premier coup d’œil.

Vous tuez des ennemis par paquets de vingts, vous récupérez de l’expérience et des améliorations appelées ici des « mots » que vous attribuerez à vos armes ou magies afin de profiter d’effets comme exp+8% ou encore attaque+10%. Les deux touches supérieures de la tranche de vos manettes vous permettront de lancer des attaques que vous choisirez vous même à l’avance. Ces attaques magiques seront possibles grâce à votre compagnon de route, un livre parlant du nom de Weiss. Dans Nier Automata, vous aviez un petit robot pour compagnon, ici, c’est un livre. Il sera le sidekick drôle de la partie.

Ce gameplay est donc diablement efficace. Le studio Cavia qui s’est occupé du Nier Replicant/Gestalt original à posé les bases du beat’em all moderne. Un jeu rapide, parfois exigeant mais jamais trop, dans un univers attachant tout en laissant une part de responsabilité aux gamers dans l’avancée dans le jeu. En effet, si vous bloquez sur un passage, vous devrez farmer l’expérience tout en veillant à optimiser vos sorts et armes ainsi que remplir des quêtes annexes pour vous faciliter la vie. Vous êtes maîtres de votre avancée.

PlatinumGames avec Nier Automata, transcendera le concept. Ce remaster bénéficie entre autres de musiques ré-orchestrées, pour notre plus grand bonheur. De magnifiques morceaux sont de la partie. Les jeux Nier ne pourront jamais être dissociés de leur bande originale. De plus, le jeu est intégralement doublé avec un re-doublage pour certains personnages.

Nier n’a jamais été une démonstration technique et graphique, c’est un fait. Mais le studio le sait et donc pour combler cela, il propose un univers enchanteur, fait de métal et de pierre. Des espaces aussi reposants que tristes pour vous faire ressentir une certaine nostalgie alors que nous arpentons les lieux pour la première fois. Magique.

Après autant de superlatifs, revenons à la partie où je vous ai annoncé que certaines mécaniques étaient datées.

NieRReplicantver PS Test

Des mécaniques à dépoussiérer

En effet, aujourd’hui, il est de notoriété publique que faire des allers-retours est pénible. Une des répliques qui vous restera sûrement en tête après la fin du jeu est « Retournons voir/vers ». C’est extrêmement agaçant de faire des va-et-vient de façon répétée car, en sus, les temps de chargement sont nombreux ! J’ai testé Nier Replicant sur PS5 et malgré la capacité de la console à charger une partie de Spiderman en deux secondes chrono, ici, nous doublerons facilement ce temps avec des chargements de parfois plus de six secondes.

Oui cela peut faire sourire. Six secondes ce n’est pas grand chose. Nous sommes d’accord. Sauf lorsque vous entrez dans un bâtiment, chargement, amener votre personnage à parler à quelqu’un, pour ressortir dudit bâtiment, chargement, pour changer de map, cinq secondes plus tard, chargement, traverser la nouvelle map en autant de temps, chargement, et ensuite entrer dans un bâtiment, chargement.  Une véritable optimisation des temps de chargement aurait permis d’éviter de souffler de lassitude lorsque le fameux « Retournons voir/vers » apparaîtra. Autre petite pépite : vous n’aurez pas de fast travel. Le jeu en rit lui-même.

Vous aurez aussi des allers-retours pendant des quêtes. Au sein de la même map mais sans temps de chargement. Je pense notamment à une quête annexe bien précise, où vous devrez partir d’un point, aller à un autre, revenir au premier point, aller ailleurs, revenir, aller ailleurs et revenir encore. Épuisant.

Nier Replicant, un brouillon pas si brouillon !

Comprenez tout de même que malgré ces défauts, pouvoir découvrir Nier Replicant, ce « brouillon » de Nier Automata (cela est dit dans le bon sens car c’est un très bon brouillon) est tout de même une chance. Si vous avez aimé Nier Automata, foncez. Si vous décidez de découvrir l’univers Nier par celui-ci, foncez également tout en gardant en tête ses défauts pour ensuite vous abandonner dans sa suite.

Ce Nier Replicant est un bon jeu, ayant de superbes qualités, tout en restant parfois un remaster un poil fainéant : la version d’époque s’en sort toujours aussi bien. Lancez-vous, pour vous et pour Yonah !

Version PS4 testée sur PS5 grâce à l’amabilité de Square-Enix

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :