the coma vicious sisters jeu horreur survival horror

The Coma 2 : Vicious Sisters, Snake joue à Resident Evil avec Sadako

Pour les gens qui ne connaissent aucune des trois références précitées, nous allons parler du jeu de survival-horror, The Coma 2 : Vicious Sisters. Comme son titre l’indique, il s’agit du second opus de la saga. Sorti le 28 janvier 2020 sur Steam et GOG, le jeu débarque le 19 juin 2020 sur Playstation 4 et Nintendo Switch, publié par l’éditeur Head Up.

Pour résumer rapidement l’expérience vécue avec ce titre, je dirai juste que c’est le premier jeu d’horreur qui m’a donné envie de le finir. Moi qui n’aime pas vraiment ce style, c’est une preuve que The Coma 2 : Vicious Sisters a beaucoup à offrir. Que ce soit sur le plan graphique, culturel ou du gameplay, le jeu est surprenant par sa réussite, sa simplicité et sa qualité. Car n’oublions pas que le studio sud-coréen Devespresso Games est un studio indépendant qui surprend là où on ne l’attendait pas.

L’université de l’horreur

The Coma 2 : Vicious Sisters vous plonge dans la peau de Mina Park, une jeune coréenne étudiant à l’université Sehwa. Pour information, je n’ai pas trouvé d’université ou de ville portant ce nom. Juste une marque de lissage coréen pour cheveux. Ça sent l’histoire capillotractée tout ça.

Arrêtons les jeux de mots du dimanche et revenons à notre héroïne : Mina. Celle-ci vient de subir une tragédie inexpliquée. Son ami Youngho est tombé dans le coma depuis trois semaines et sans raison expliquée. Ce dernier est le personnage principal de The Coma : Cutting Class. Donc si vous souhaitez savoir ce qui lui arrive, faites donc ce premier opus.

Pour traverser cette épreuve, Mina peut compter sur son amie Da-hyun pour la soutenir dans ce moment difficile. Et contre les autres filles de sa classe. Encore une fois, pour information, notre chère amie porte le nom d’une chanteuse coréenne Kim Da-hyun du groupe faisant partie du groupe Twice. Parfois, j’aimerai avoir la chance de pouvoir interviewer les créateurs des jeux pour comprendre les messages qui se cachent derrière ces choix.

Revenons à nouveau à nos moutons. Tout comme dans le premier épisode The Coma : Cutting Class, nous débutons le jeu par une journée d’étudiante typique. Plan drague de la part du beau gosse lourd, moquerie des autres élèves, impression de solitude. Des sujets parfois tabous qui sont directement abordés si on prend le temps d’y prêter attention.

Mais le cœur de l’histoire se situe ailleurs. Cette fois, pas de sommeil inexpliqué. Mina participe à des cours du soir et alors qu’elle s’apprête à rentrer chez elle, elle se fait agresser suite à la découverte d’une situation tragique. Mais s’attendant à sa mort, elle se retrouve, à son tour, plongée dans le monde du Coma.

The Upside down

Mina the coma vicious sisters jeu horreur survival horror

Le monde de The Coma 2 : Vicious Sisters fonctionne un peu comme celui de Stranger Things. Dans le Coma, Mina explore le monde que nous connaissons mais en sombre, très sombre.

Une nuit perpétuelle plane sur le monde. Tout simplement parce que nous sommes dans l’au-delà ou du moins aux portes de l’enfer. Il est donc possible de croiser des âmes défuntes qui continuent leur activité. Mais aussi des monstres avides d’âmes fraîches.

Distinguer les êtres qui vous veulent du mal de ceux qui pourront vous aider dans votre quête est assez simple. Ceux qui ont une « forme humanoïde » sont gentils, les choses morcelées ou inhumaines veulent votre mort.

Il existe cependant une exception et non des moindres, Miss Song, votre professeur. Tout comme dans le premier épisode, votre belle enseignante deviendra votre pire cauchemar. Et n’a surtout qu’une seule obsession, vous tuer. La raison de cette situation est le cœur de l’histoire à explorer donc je ne vous en dirai pas plus la concernant. Cependant sachez qu’elle n’est pas le seul être qui adopte un comportement différent en ce monde.

D’ailleurs, l’accès à l’au-delà est normalement réservé aux morts. Mais il existe des humains qui ont un don permettant de voyager entre nos deux mondes. Ces protagonistes n’existaient pas dans le premier épisode de la saga. Je ne vous révélerai pas leur histoire mais ces personnages sont la plus grosse source de questions et de réponses du jeu.

Mais où suis-je, où vais-je et dans quelle étagère ?

Le constat que j’ai pu faire durant ma quinzaine d’heures de jeu (pour le run de la version finale), c’est que The Coma : Vicious Sisters est l’encyclopédie de l’autre monde. Alors que le premier épisode nous laissait seul face à un phénomène étrange dans un monde inconnu, nous allons obtenir ici beaucoup de réponses. Cependant, on repart de zéro.

Notre visite de l’autre monde débute dans le noir total. Au cœur de la nuit, une super lune rouge éclairant les couloirs de l’université de Mina, nos premiers pas dans un tout nouvel univers se poursuivront à travers six lieux sous ce signe de mauvais augure.

Je vous conseille d’explorer de long en large tous les environnements pour retrouver les 61 notes du jeu. Les éléments qui y sont révélés sont vraiment prenants et cruciaux si vous voulez découvrir toutes les vérités sur ce monde, le passé et les événements en cours.

Un petit peu d’histoire et de culture

L’histoire de la saga The Coma prend place dans une université coréenne fictive. Cependant, de nombreux éléments du folklore coréen et des chefs d’œuvre de l’horreur sont disséminés dans le jeu.

Je ne m’arrêterai que sur deux éléments qui ont été les plus marquants pour moi. Pourquoi seulement deux ? Car ceux sont eux qui m’ont poussé à explorer le jeu et son univers.

Le premier est assez simple à trouver quand on a déjà lu de précédents articles. Il s’agit de l’ajout d’éléments de la culture Sud-Coréenne dans le jeu. Et celui qui m’a le plus fait plaisir est un personnage avec lequel vous aurez à négocier, le Dokkaebi. C’est un esprit mauvais qui contrairement aux esprits européens provient d’un objet et non d’un être vivant. C’est un esprit double qui peut aussi bien aider les bonnes personnes que se jouer des mauvaises âmes. Sachant cela, je vous laisse juge de ce qu’il se passera lors de votre rencontre avec lui.

Le second tout aussi marquant est justement un échange que vous aurez avec un personnage remarquable. Durant celui-ci, vous pourrez aborder un sujet qui me réchauffe le cœur. Et surtout parler d’une créature qui dépasse toutes les formes d’horreur, l’abomination d’eldritch. Oui, dans The Coma 2 : Vicious Sisters, on aborde aussi bien les légendes Coréennes que celles du grand maître Howard Phillips Lovecraft. Et je soupçonne que certaines créatures du jeu soient directement inspirées de son univers. Mais ça, encore une fois, je vous laisse le découvrir en jouant.

The Coma 2 : Vicious Sisters est un jeu accessible…

S’il y a bien un regret que j’émets face à The Coma 2 : Vicious Sisters c’est l’absence d’une phase d’introduction à toutes les subtilités du jeu. Il vous faudra les découvrir petit à petit au cours du jeu. Et souvent au prix de quelques blessures ou morts.

Je vais tout de même vous offrir un petit raccourci qui vous permettra peut-être de réussir à obtenir la meilleure fin dès votre première partie.

Pour commencer, nous sommes dans un jeu à défilement horizontal avec l’impossibilité de sauter. Mais Mina sait tout de même courir. Ce qui est un avantage quand il faut passer dans des couloirs où des corps peuvent vous tomber dessus. Ou que certaines créatures vous poursuivent. Si ce n’est pour éviter qu’une âme en peine vous attaque si vous vous approchez trop lentement. Ou encore, pour éviter les spores d’une plante explosive. Mais surtout pour éviter de vous faire attraper par votre professeur hystérique. Donc surveillez toujours votre barre d’effort et ayez toujours avec vous un objet vous permettant de la remplir ou de l’empêcher de se vider. Les distributeurs sont vos amis.

Ensuite, le seul vrai moyen de fuir votre plus grande peur, Miss Song, est de changer de zone ou pièce et de vous cacher n’importe où. Mais attention, si elle est entrée avant que Mina soit cachée alors elle viendra la chercher dans son abri. Et si vous avez réussi à vous cacher, écoutez bien les bruits de pas afin de savoir dans quelle direction elle est partie. C’est crucial. Toujours écouter les bruits de talon avant de changer de pièce. Sinon, la mort ne se fera pas prier. Soyez plus solide que Snake et alors tout ira bien.

… quand on a compris comment jouer

distributeur the coma vicious sisters jeu horreur survival horror

Afin de rester solide et de ne pas voir littéralement disparaître vos précieuses barres de dégâts à chaque fin de chapitre, soyez un véritable MacGyver.

Dans chaque lieu, une âme vous donnera une mission consistant à récupérer des objets à assembler. Une fois cette mission réalisée, vous disposerez d’un artifice vous permettant d’échapper à une blessure de la Vicious Sister.

Si vous êtes flemmard, vous finirez le jeu avec une seule barre ce qui signifie que durant le dernier chapitre le moindre coup d’une créature vous tuera. Ce n’est pas infaisable, mais très tendu. Et vous risquez surtout de finir rapidement cuisiné par les créatures qui pullulent en cet autre monde.

Un univers graphique aux petits oignons sauce tomate.

Abordons maintenant l’élément qui m’a poussé à tester The Coma 2 : Vicious Sisters, son univers graphique. Le jeu est juste une merveille dans son genre.
On se ballade littéralement dans un mélange de manhwa tel que TAL, The Breaker ou Tower of God mixé avec un comics sanglant de Michael Turner à son époque DC.

Le jeu doit véritablement être vu comme une sorte de bande-dessinée animée. Les scènes intermédiaires sont structurées comme des pages de bande-dessinée et le découpage visuel est similaire à celui des comics depuis le début des années 2000. Juste somptueux.

Il en est de même pour le choix des teintes globales du jeu. Une fois dans l’au-delà, les couleurs sont très sombres et font ressortir notre héroïne à l’uniforme blanc. Mais aussi et surtout le rouge qui laisse ses traces caractéristiques de vie et de sang. Un rouge qui est apporté par la super lune et les meurtres qui se perpétuent même en ce monde.

L’ambiance globale offerte par les graphismes du jeu est juste sombrement parfaite. Et je n’aborderai pas la bande sonore qui reste limitée à des sons d’ambiance aussi stressants que jouissifs.

Le travail réussi de toute une équipe

miss song the coma vicious sisters jeu horreur survival horror

J’ai eu la chance de pouvoir poser les mains sur les versions beta du jeu quelques mois avant sa sortie. J’ai donc vu les différentes évolutions apportées par l’équipe de développement. Le travail a juste été bluffant. Repartis d’une version à peine améliorée du premier jeu, les développeurs ont livré des versions de plus en plus belles et complètes.

Les différents bugs et remarques présentées par les testeurs ont été pris en compte petit à petit. Et immense fut ma joie quand j’ai relancé la version finale du jeu qui m’a apporté de nouveaux éléments à découvrir.

Ce test a d’ailleurs mis pas mal de temps à sortir car j’ai un peu trop attendu de voir les améliorations apportées en vue de la sortie du jeu sur console.

Un maître dans son style qui mérite sa place.

Même si cela reste un avis personnel, j’admire le travail réalisé par les équipes de Devespresso Games sur The Coma 2 : Vicious Sisters. Avec ce titre, ils ont réussi à convertir un joueur qui n’est pas fan des jeux d’horreur. Ils ont surtout réussi à montrer aux joueurs du premier opus qu’ils les avaient écoutés.

The Coma 2 : Vicious Sisters est à la fois un jeu indépendant et la réponse à de nombreuses questions que se posaient les joueurs du premier opus.
Ce jeu est aussi la preuve qu’une équipe qui travaille avec passion saura toujours nous offrir de quoi nous surprendre.

Même si je ne pense pas qu’il puisse facilement y avoir de troisième opus à la saga, je garde précieusement The Coma 2 : Vicious Sisters dans ma collection. Et je vais jeter un œil aux autres titres du studio en espérant être à nouveau aussi agréablement surpris.

Jeu testé en version Steam grâce au équipes de Betty Brown PR.

Vous voulez essayer d’échapper aux horreurs de The Coma 2 : Vicious Sisters  ? Tentez votre chance en achetant le jeu sur Instant Gaming (version Steam à 7,75€) ou Humble Bundle (version Steam à 14,99€).

4 commentaires pour “The Coma 2 : Vicious Sisters, Snake joue à Resident Evil avec Sadako

  1. Joli article ! Je n’avais jamais entendu parler de ce jeu et je dois dire que je suis intrigué. Le style me plait et j’adore le côté sombre a la Stranger Things ! Tu décris vachement bien les mécaniques de jeu et l’ambiance qui règne dans l’autre monde et c’est top ! D’autant plus que tu ne spoils rien et ça c’est d’autant plus plaisant. Il faudra que je regarde quelques vidéos dessus pour me donner une idée de l’ost et de l’ambiance sonore en règle général, en tout cas, merci de ce travail que tu as fourni pour cet article, c’était agréable à lire !
    Ju’

    1. Il faudra complimenter Cylek , qui est le rédacteur de cet article (cf.son author box en fin d’article) 😉 Il sera ravie d’échanger autour de ce jeu avec toi ^^

Votre commentaire :

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :