zanki zero last beginning survival rpg playstation

Zanki Zero, faire disparaître l’humanité pour qu’elle puisse évoluer.

La vie d’un humain est précieuse car il nous a fallu évoluer dans une direction que d’autres créatures n’ont pas prise. Certains disent qu’il n’a suffi que de quelques jours pour nous offrir ce monde qui nous a vu grandir. Aujourd’hui, plus que jamais, nous sommes à la limite entre notre disparition et notre évolution. Et si nous laissions le monde entre les mains d’autre chose et que nous disparaissions ? Laisserait-elle l’humanité revenir à la surface ? L’humanité disposerait-elle d’une chance d’être sauvée ? Est-ce que nos pêchés seraient pardonnés ? Est-ce que ces erreurs ne forment pas justement le socle qui nous définit ? Tant de questions qui hantent les esprits depuis des milliers d’années. Qui nous offrent de merveilleux sujets de réflexion. Et de merveilleux jeux à explorer. Tout comme avec Zanki Zero : Last Beginning.

Ce jeu de chez Spike Chunsoft, sorti le 09 avril 2019 sur Playstation 4 et Steam en Europe. Un survival RPG sauce dungeon crawler qui porte un haut niveau de réflexion psychologique. Et surtout un huis clos qui n’est pas sans rappeler certaines réalisations de ses créateurs, la saga Danganronpa.

La survie de l’humanité par des suicidés.

zanki zero last beginning survival rpg playstation haruto higurashi dialogue

Zanki Zero : The Last Beginning prend place dans un futur où l’humanité semble avoir disparue. Nous incarnons Haruto Higurashi, un pigiste dont la carrière s’est terminée assez tragiquement. Le jeu débute d’ailleurs le jour de sa mort. Alors qu’Haruto pensait pouvoir trouver le repos dans l’au-delà, il se réveille dans des ruines. Ces ruines d’un quartier résidentiel sont entourées d’une mer parsemée de restes de l’humanité ravagée. Après quelques temps à explorer les environs, Haruto fait la rencontre d’autres humains se trouvant dans la même situation.

Il découvre alors que pour survivre dans ces ruines, le groupe doit réaliser des missions données par les présentateurs d’une émission de télévision digne des années 1970 : Extended TV. L’objectif de cette émission ? Offrir un meilleur futur à l’humanité. Ou ce qu’il en reste.

Car c’est ici le cœur de l’intrigue, l’humanité s’est éteinte et seuls sept clones humains subsistent. Ceux-ci ont une spécificité : leur durée de vie de 13 jours. D’abord sceptique, Haruto fera très vite le constat de sa fragilité et de sa capacité à « revenir au monde ».

S’engage alors une quête pour lui et ses compagnons sur les traces des derniers éléments persistants de l’humanité, de leur vie et surtout de leur point commun, la raison de leur mort.

Une île qui évolue au rythme de votre réflexion

Zanki Zero : The Last Beginning propose une progression par donjons correspondants chacun à un morceau d’histoire des différents membres de l’équipe des survivants.

À priori classique, l’apparition des donjons est toujours un moment palpitant. En effet, lorsque l’exploration d’une réflexion se termine, votre prochaine destination apparaît dans les environs de l’île. Qu’il s’agisse d’une émergence ou d’une « arrivée » de la nouvelle ruine à explorer, la séquence apportera autant de surprises que de questions.

Quel sera le morceau de passé à découvrir ? Ou, quel sujet de notre société sera abordé et nous conduira à une exploration approfondie de nous même ? Quel secret sera alors révélé et quel rebondissement nous attend ?

Des personnages aux faces multiples

Les sept protagonistes « survivants » de la fin du monde représentent les sept péchés capitaux appliqués à notre société du vingt et unième siècle. Ainsi même Haruto, un être à priori innocent et plein de bonté, cache des secrets troublants induits par son entourage direct.

Une manière classique d’aborder les travers de la société du point de vue d’un être dont on ne réussit jamais réellement à définir la personnalité. Mais aussi un lien avec les médias et une source de manipulation des foules.

À l’image de notre société

Il en va de même avec chaque membre de l’équipe. Rinko Susukino, la luxure fleurissante. Ryo Mikajime, l’artiste des cités. Yuma Mashiro, la gloutonne fortunée. Zen Kubota, le paysan comique, Minamo Setouchi, la fière policière. Mamoru Ichiyo, le médecin avide. Sachika Hirasaka, l’innocence originelle. Chaque personnage possède une double image. Et un secret.

Sans trop vous spoiler, les défenseurs de la justice ne sont pas toujours ceux qui respectent au mieux la loi de nos sociétés. Et les dirigeants des sociétés sont, de manière très clichée, des êtres qui peuvent succomber à leur pouvoir sans s’en rendre compte.

Même les docteurs possèdent des facettes que nous préférerions oublier. La science est une alliée de l’humanité mais aussi la source potentielle de sa disparition.

Enfin, l’être le plus innocent peut aussi devenir involontairement la cause des pires actions humaines. Non pas qu’il en soit directement la cause. Mais il peut servir de vecteur aux actions des autres humains qui l’entourent. Ainsi tout est une question de yin et de yang, de blanc et de noir, d’actions et de réactions. Une trame se met alors en place et nous obtenons une sublime intrigue digne des meilleurs visual novels de Spike Chunsoft.

Être le début de la fin et la fin du début

Un point important dans la trame de Zanki Zero : The Last Beginning est que nous incarnons directement Haruto. Il n’est pas possible de changer de personnage leader de la trame de l’histoire. Même si vous l’excluez de votre équipe principale, il apparaîtra comme votre point de vue lors des phases de dialogue.

Étant l’esprit exploré lors du premier donjon, on y trouve une logique basique. Lorsque l’on explore le passé des autres protagonistes, on change d’esprit et de point de vue. Ceci est un très bon point pour le jeu et l’intrigue. Car même si on explore certains moments critiques de leur histoire, rien ne vaut la possibilité de connaître leur pensée de l’instant. Ceci s’avère parfois troublant car les comportements et les buts des protagonistes sont antagonistes. Comme ceux de beaucoup d’humains.

Après avoir terminé le jeu et reconstruit la logique de tous les événements ainsi que les actions de chacun. Ainsi, on comprend le non-choix réalisé. Haruto est le dernier des survivants entré en jeu sur cette « île ». Il marque la fin du début pour le groupe. Et il sera aussi le marqueur du début de la fin de nombreux éléments.

Sincèrement, j’aimerai pouvoir parler de toute l’intrigue du jeu avec vous. J’aimerai pouvoir échanger sur tous les éléments abordés et toutes les réflexions induites sur l’humanité et notre société. Peut-être en commentaire si vous le souhaitez. Mais on va éviter de s’éloigner de notre cadre et revenir sur le jeu et ses mécaniques.

Un futur aussi difficile que peut l’être une vie

zanki zero last beginning survival rpg playstation charge combo

Zanki Zero : The Last Beginning confronte le joueur à une difficulté de tous les instants. La vie humaine n’est jamais simple. S’alimenter, disposer des ressources nécessaires à notre survie et affronter le monde sauvage qui nous entoure n’est pas une partie de plaisir. Même en se préparant au maximum nous ne sommes jamais à l’abri d’une mauvaise surprise. D’un événement imprévu qui nous conduira indubitablement à la mort.

D’ailleurs, la mort est obligatoire et nécessaire pour évoluer. Même si vos premières morts friseront certainement la limite du ridicule. Si, si, se faire tuer par une chèvre ou un porcelet avec des oreilles de lapin est ultra frustrant et encore plus ridicule. Heureusement que j’étais seul lors de ces sessions sinon j’aurai eu la honte de ma vie de joueur.

Certains diront que le ridicule ne tue pas. Dans Zanki Zero, il le fera de manière assez violente et fulgurante. Surtout quand un adversaire viendra vous attaquer dans le dos alors que vous serez en pleine gestion de votre inventaire ou de lire une affiche totalement inutile sur un mur.

Aucune action à négliger

Attention, tout choix dans le jeu aura un impact sur votre réussite. La vitesse à laquelle vous explorez les donjons. Les éléments que vous prenez le temps de lire, de regarder ou les salles que vous devrez explorer qui seront des indices précieux ou des pièges que vous pourrez choisir d’éviter.

Les objets que vous utilisez ou que vous choisissez de conserver peuvent s’avérer totalement inutiles. Ou être des freins réels à l’évolution de votre camp et surtout des éléments critiques pour votre progression dans les donjons.

Tout comme les améliorations que vous apportez à votre campement qui vous permettront de stocker, crafter des objets ou les améliorer. Et enfin, le choix des capacités à développer avec vos points d’expérience ou lors de vos réincarnations impactera directement vos capacités de survie et vos choix possibles.

Tous ces éléments sont loin d’être négligeables et peuvent devenir de véritables freins à votre avancée. En tout cas, ils le furent tellement pour moi que j’ai même hésité à relancer une partie car je n’arrivais pas à compenser certaines erreurs lors des premières heures de jeu.

Zanki Zero, la survie avant tout

Survivre est difficile, surtout dans les premiers jours, lorsque l’on commence à partir de rien. Zanki Zero a parfaitement intégré cet élément. Les quinze premières heures de jeux sont juste un enfer si vous ne faites pas le choix de tout préserver.

Même vos bouteilles d’eau vides sont précieuses. J’ai été contraint de sacrifier des vies pour réussir à rapporter quelques bouteilles car j’avais fait l’erreur de les utiliser pour boire dans le premier donjon.

De même, les premières morts de certains personnages imposées par le jeu seront destructrices. Celles qui peuvent arriver de manière inattendue tout au long du jeu le sont aussi. Ne rêvez pas, les scénaristes sont sans pitié avec nos petits cœurs. Mais du coup il faut tenir compte de ce risque tout au long du jeu.

Sportif tu seras

La limite de poids transportable par les personnages ne doit jamais être atteinte et même loin de là. Laisser des ressources en plein milieu d’un donjon est la pire des frustrations. Surtout que revenir les chercher pourra vous coûter plusieurs journées de vie… et chaque vie a un prix.

D’autant plus que le poids que vous pourrez porter dépend du personnage mais aussi de son âge. Il est normal qu’un jeune adulte au meilleur de sa forme puisse porter plus de poids qu’un jeune enfant ou un vieillard.

Enfin, mourir sera un poids pour votre progression car il vous faudra alors potentiellement faire plusieurs trajets dans le donjon pour rapporter des éléments perdus lors d’une vie précédente.

Donc dépenser des jours avec non seulement une accélération de votre vieillissement mais aussi plus de combats à réaliser sans pour autant avancer dans votre exploration des donjons.

zanki zero last beginning survival rpg dungeon crawler playstation exploration

Un système de combat simple mais stratégique

En abordant le système de combat, on découvre un aspect très intéressant de Zanki Zero : The Last Beginning.

En début de jeu, les combats se résument simplement par de l’esquive ou de l’attaque pouvant être renforcée. Le système de déplacement en case par case du jeu vous contraint à prévoir le temps d’arrivée de votre adversaire, votre angle de fuite ou les meilleures actions pour votre retrouver sur le coté ou dans le dos de votre adversaire. Dans ce dernier cas, il suffira alors de concentrer l’attaque des personnages de votre équipe pour faire un maximum de dégâts.

Mais parfois le face à face est inévitable. Il faut alors trouver le point faible d’un adversaire pour le cibler et le désarmer. Par exemple, dans le cas d’une chèvre, attaquer ses cornes pour les briser. Ou dans le cas d’un mutant, lui arracher la protubérance qui lui sert d’arme. Ceci est la première chose à faire sous peine de voir mourir un personnage en deux tours. Sérieusement.

Lors de notre progression dans l’histoire, on acquiert des armes de plus en plus perfectionnées et surtout la possibilité de choisir d’évoluer nous aussi. Il est alors possible de construire des stratégies plus avancées et de se servir de compétences plus ou moins destructrices. La défense reste tout de même la meilleure stratégie à adopter tout au long du jeu.

La pire chose qu’un être puisse affronter n’est-elle pas lui-même ?

Les créatures que l’on rencontre dans le Zanki Zero évoluent avec nous. Il faut surtout retenir le fait que ces adversaires deviennent de plus en plus étranges et le mélange animalier des premiers chapitres laisse place à des anomalies dignes de postuler pour le prochain Resident Evil ou le prochain Shining. Aucun lien entre les deux ? Si l’horreur visuelle pour l’un et psychologique pour l’autre. La raison de l’existence de ces mutants appelés Clione vous est expliquée lors du sixième chapitre du jeu. Je ne vais donc pas vous spoiler sur ce point.

Car n’oublions pas que nous sommes ici pour découvrir si les humains seraient capables d’évoluer et de survivre. Mais aussi pour comprendre les causes de leur disparition. Et pour cela nous disposons de huit donjons ouvrant sur l’esprit humain. Zanki Zero est un huis-clos digne de vos meilleures parties de Cluedo. Ou pas.

L’histoire débute tranquillement et permet d’entrer sans difficulté dans la peau d’Haruto. Mais on entre aussi très rapidement dans le cycle des questions avec réponse directe. Les secrets sont rapidement éventés et on entre dans la phase d’affrontement entre les protagonistes.

Débute alors la phase finale de révélation des liens de chacun avec la fin de l’humanité et la réponse à la grande question du jeu. Comment l’humanité a-t-elle disparu ? Une réponse qui nous est apportée et que j’ai adorée. Cependant, afin d’obtenir cette réponse, il vous faudra vous battre et évoluer.

Un système d’évolution très varié

Zanki Zero : The Last Beginning possède deux systèmes d’évolution distincts pour vos personnages en plus du système de crafting permettant d’améliorer votre campement.

Le premier système est assez classique dans sa conception. Il s’agit de points à répartir dans différentes compétences, possédant chacune trois niveaux. Cependant, le fait que les personnages aient différents stades de vie apporte une vraie complexité au jeu.

Non seulement le nombre de points de compétences que vous pouvez obtenir avec vos niveaux est largement inférieur à ceux que nécessite la grille complète. Mais en plus, il faudra choisir de faire évoluer vos compétences en fonction du stade de vie.

Assurerez-vous votre survie en augmentant vos compétences en cuisine et crafting ? Ou privilégierez-vous l’amélioration de vos capacités physiques pour mieux survivre lors de votre jeunesse ?
Afin de faciliter votre survie et vos choix de compétences, un second système d’évolution est disponible. La mort. Ou plus exactement la réincarnation après la disparition de votre enveloppe.

La croix de la vie

shigabane extend machine last beginning survival rpg playstation

Car oui, le point central de Zanki Zero et le second système d’évolution des personnages est l’Extend Machine. Une machine qui permet de recréer votre enveloppe à partir de votre X-Key. Ce petit dispositif en forme de croix directionnelle remplace votre nombril mais surtout contient toute votre mémoire et vos capacités.

Cette machine qui prend la forme d’une borne d’arcade vous offre la possibilité de faire revivre un personnage mort en fonction du score que vous aurez atteint en explorant les donjons. Chaque monstre tué permet de cumuler des points à dépenser dans ce premier objectif.

Mais son plus grand atout provient de ses shigabane. Les shigabane sont des capacités de résistance aux causes de votre mort. Ainsi, on commence par apprendre à résister aux attaques d’une chèvre et on finit par apprendre à survivre aux acides et attaques psychiques. Leur coût est totalement variable et bien entendu de plus en plus élevé.

Quel plaisir de pouvoir revenir rouler sur nos adversaires avec notre nouveau shigabane. À tel point que nos derniers clones sont très loin des humains que nous sommes aujourd’hui.

Même Superman ne réussirait pas à leur tenir tête. Évoluer et résister, la combinaison qui permet d’offrir un meilleur futur à l’humanité.

Illuminate a brighter future for humanity !

Toute la réflexion de Zanki Zero est contenue dans ces quelques mots. C’est en comprenant notre passé et nos erreurs que nous pouvons avancer vers un meilleur futur. Mais pour améliorer notre futur, il faut comprendre réellement nos erreurs. Avoir le temps et la possibilité de faire de nouvelles erreurs et de grandir. Tout en découvrant ses limites et en les surpassant.

C’est ça la vie. Cette chose qui n’est pas toujours facile. Qui demande du temps et de l’investissement. Tout comme Zanki Zero : The Last Beginning.

Un titre que beaucoup ont abandonné, délaissé ou tout simplement raté. Mais un titre qui mérite toute notre attention. Et même s’il a été difficile pour moi de survivre pour finir ce test. Je vous conseille sincèrement de vous lancer le défi de vivre cette expérience.

Jeu testé à partir d’une version Playstation 4 envoyée gracieusement par Koch Media.

Un commentaire pour “Zanki Zero, faire disparaître l’humanité pour qu’elle puisse évoluer.

Votre commentaire :

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :