Accueil / BLA BLA / Vers l’égalité hommes & femmes dans le jeu vidéo

Vers l’égalité hommes & femmes dans le jeu vidéo

Coucou mes lecteurs et lectrices adorées

Aujourd’hui, 8 mars 2016, était célébrée la « Journée internationale pour les droits des femmes »

Et je me suis demandée ce qu’il en était de l’égalité hommes – femmes dans le jeu vidéo. Et quels étaient encore les efforts à faire pour l’atteindre.

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 2

Je ne ferai pas un gros pavé, car le sujet est vaste et je pourrais en écrire des tonnes, mais pour synthétiser, je distingue deux axes:

~ La représentation de la femme en tant que personnage du jeu vidéo ~

Tantôt demoiselle frêle en détresse, tantôt battante aux attributs conséquents, le personnage féminin a souffert et souffre encore de vastes stéréotypes.

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 11

Que dire encore de la femme-récompense, où encore de la culture du viol?

Pour justifier cela , nombreuses sont les excuses, mais la pire que j’ai pu lire est celle de Kojima, pour le personnage de Quiet dans Metal Gear Solid 5: soi-disant que son physique était lié à un truc tellement fou qu’on ne pourrait pas la critiquer… la la li la la.

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 9 bis
Mais jamais, au grand jamais, une joueuse adolescente ou adulte (je passe sur la joueuse enfant qui n’est pas encore viciée par les stéréotypes) ne pourrait s’identifier à ces personnages car pas assez équilibrés.

Par exemple, des jeux type Dead Or Alive, (ou autres jeux de baston) où le physique et le bruitage des combattantes ne sert que les fantasmes (de qui? on se demande).

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 7
Auparavant, on ne pouvait pas jouer avec un personnage féminin, même si je concède que la pertinence se discute suivant le scénario et autres composantes.

La Geek En Rose Journée Droit Des Femmes 1a
C’était toutefois bien dommage, et c’est aussi pour ça que j’ai aussi adoré Super Mario 2, que j’ai joué à 80% avec Peach.

La Geek En Rose Journée Droit Des Femmes 1b

Cependant, je refuse de lyncher toute l’industrie du jeu vidéo, car, vers la fin des années 80, de nombreuses personnalités féminines fortes, battantes ont commencé à émerger: Zelda,  Samus Aran (Metroïd), Jade (Beyond Good And Evil).

Puis est arrivée Tomb Raider? Donc oui! Elle est trop dotée physiquement pour une aventurière, mais elle en a dans la tête! Et on ne peut que saluer son reboot, avec un personnage plus réaliste et poignant.

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 15
La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 6

Puis, pléthore de demoiselles intéressantes: Nilin (Remember Me), Chell (Portal), Elika (Prince of Persia), de nombreuses filles de la saga Final Fantasy ( Lightning, Linoa, Edea, Terra), Ciri (The Witcher III) , Ellie (The Last Of Us), Elizabeth (BioShock Infinite).

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 1

Enfin, haie d’honneur pour des jeux tels que Beyond Two Souls ou Life Is Strange, ou les héroïnes sont normales avec des personnalités et un vécu.

J’en oublie très certainement, mais peu à peu, les développeurs comprennent la direction à prendre, sans « castrer » les héros masculins, ni le joueur.

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 8aaLa Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 8aLa Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 8b

Soi dit en passant, les hommes ont aussi à faire avec des héros parfois sur-humains et hyper sexualisés (cf. Dante de Devil May Cry).
Tout en étant considérés comme des êtres primaires, incapables d’apprécier une femme autrement que par son physique.

~ Joueurs et joueuses, inégaux face à la société ~

Le constat le plus flagrant que j’ai fait est qu’une joueuse n’est pas considérée comme un joueur.

Même si dans ma vie personnelle, cela a toujours été bien accueilli, j’ai toutefois eu droit au sempiternel:

« Tu joues à quoi? Nintendogs / Candy Crush / Cooking Mama? »

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 10

OMG, je peux te tuer?!

Donc non! une fille joue aux mêmes jeux qu’un garçon, en y trouvant le même plaisir.

On y jouera avec notre propre sensibilité, et notre façon de raisonner, tout comme ces messieurs.

Donc, pour résumer: une fille pourra faire preuve de sang-froid et de rage en tuant plein de zombies tandis qu’un garçon pourra s’attendrir devant une histoire poignante (ou le côté trop mignon de ses Pokémon).

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 12bLa Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 12a

De plus, si vous êtes en couple, on va toujours penser que c’est l’homme qui joue et non la fille, comme relaté par Tiloa:

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 14

Perdu! Il existe des garçons qui ne sont pas fous de la manette, et de vraies mordues.

Autre point négatif, pourquoi faire des jeux « genrés »? que ce soit la promotion du jeu ou la jaquette, mais quelle horreur! Sortons du rose-fille et du bleu-garçon.

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 3
J’ai été tellement choquée par un dépliant publicitaire Nintendo où le distingo était clairement fait.

Chose intolérable aussi: la gameuse est assimilée au Saint-Graal de la petite amie, tandis que le joueur est pris pour un looser no-life.

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 9

Non! Une joueuse n’est pas forcément sexy, en petite tenue OU à l’opposé, moche, sale et peu soignée.
Tout comme le joueur n’est pas forcément crado à se gaver du combo fatal chips/pizza.

Entre ces idées reçues, il y a une demi-mesure, fort heureusement, même si les cas extrêmes existeront toujours.

Je vous montre d’ailleurs cette vidéo, qui m’a bien fait rire (en anglais, désolée):

Aussi, je déplore la quantité de streameuses, qui mettent en avant autre chose que le jeu.

Pour finir, un gros effort est à faire dans le milieu professionnel: que ce soit au niveau des métiers du jeu vidéo qu’en matière d’e-sport j’ai beaucoup plus de mal à citer des noms de femmes que d’hommes, à part Kayane ou Carole Quintaine.

J’ai assez honte , à vrai dire, alors que je sais qu’il existe beaucoup de demoiselles oeuvrant dans ce milieu.

Par exemple, lors de ma visite à l’expo « Art Dans Le Jeu Vidéo », il y avait beaucoup de montages vidéos avec que des hommes sauf UNE.

Pourquoi? Est-ce que leur travail est moins mis en avant? Est-ce qu’elles ont du mal à se faire une place?

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes

En tout cas leur représentation reste loin de la proportion actuelle en France (chiffres de 2014):

150210-marche-jeu-video-france
Sources : Étude SELL/GFK  » Les Français et le Jeu Vidéo  » – sur une base de 1002 personnes âgées de 10 à 65 ans/octobre 2014

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 5

Pour clôre cet article, je dirai que ce n’est pas aux femmes de défendre seules une évolution du média, mais accompagnées des hommes, pour soutenir un jeu vidéo en adéquation avec son public et prônant la complémentarité des sexes plutôt qu’une égalité pure et dure.

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 4

Comme l’a justement souligné Aramiende, éduquons les enfants & ados de notre entourage pour qu’ils n’aient pas une vision biaisée de la femme et de l’homme, car c’est par eux que viendront les changements (tous domaines confondus):

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes 16

Et pour les irréductibles réfractaires à l’évolution, je ne vois qu’une solution: ne pas épuiser notre énergie à essayer de leur faire voir notre côté de la montagne., car ils sont sûrement aveugles.

En attendant, continuons à tous jouer ensemble et à partager nos expériences. :3

La Geek En Rose Journée Des Droits Des Femmes reality

Et si vous voulez approfondir le sujet, je vous renvoie sur l’excellent article (et beaucoup plus complet) de la miss Khanapay > ICI <

Retrouvez aussi ici d’autres articles intéressants sur ce thème:

Jesuisungameur.com
Madmoizelle.com


N’hésitez pas à réagir en commentaires et je vous répondrai avec plaisir 🙂

Je vous remercie beaucoup pour votre contribution sur Facebook & Twitter et vous dit à très bientôt

À propos lageekenrose

Blogueuse made in Toulouse, le jeu vidéo me fait voir la vie en rose. Née en même temps que Zelda et toujours en quête de découvertes vidéo-ludiques, j’aime partager mes trouvailles et expériences.

Lisez aussi :)

ifocop-logo

IFOCOP: Retour à l’école!

Le 30 juin 2017,je vais intégrer la formation Community Manager à l'IFOCOP de Toulouse. Découvrez cet établissement et mes impressions!

30 Commentaires

  1. Yeah super article o/. Il y a de quoi faire un débat animé sur le sujet en tout cas. Le tout c’est de changer les mentalités dans notre entourage.

    • Merci fidèle lecteur (et relecteur 😉 ). Je te remercie ^^ En effet c’est un sujet très vastes, avec des avis assez divergents. Pour moi l’essentiel serait d’atteindre un équilibre.

  2. Doesn’t matter if you are a boy or a girl, don’t hate the player 😉 hate the game o/

  3. Ce sujet est tellement compliqué, tellement flou, tellement à double tranchant que c’est vraiment compliqué pour moi de formuler une opinion générale. Cependant, il y a quelques points de détail que j’observe depuis un moment que je pense bon de se remémorer.

    Déjà, pour moi, le perso féminin qui avait tout compris dans sa conception, c’est Samus Aran dans Metroid 1.
    Dans Metroid, tu faisais tout le jeu en te disant que c’était un homme dans cette armure, et la révélation finale te mettait face à ton préjugé : ça peut aussi bien être un homme qu’une femme dans cette armure et tu t’es trompé !

    Le problème que j’ai aujourd’hui, c’est qu’on vire un peu à la discrimination positive en ce qui concerne les personnages féminins (et quand je dis « on », je parle surtout de la presse JV américaine) : on se réjouit du moindre personnage féminin en vedette d’un jeu et dans un sens, je trouve ça triste, parce que ça ravive la supposition que ce n’est pas normal. Chell dans Portal, je me suis même pas arrêté sur son sexe parce qu’elle était loin d’être le premier personnage féminin héroïne badass que j’avais joué. J’avais joué à Beyond Good & Evil avant. Et j’avais joué à Perfect Dark avant ça. Je pense que l’étape ultime de tout ça, c’est de n’en avoir rien à faire du sexe du personnage, puisque dans la quasi-totalité des jeux, le sexe du personnage n’a aucune importance. Après tout, même s’il y a du sexe dans le jeu, rien ne devrait empêcher le personnage d’être homosexuel (CF Mass Effect), donc même dans ce cas-là, on s’en fiche. A moins qu’une histoire n’ait besoin de prélever des chromosomes Y dans les cellules du héros, ou qu’un mécanisme demande un pénis pour être activé, son sexe n’a pas d’importance ^^

    L’autre problème, il est sur la sensibilité en ce qui concerne les attributs des personnages féminins. Dans le sens où c’est pas équitable. C’est vrai que c’est pas classe du tout de miser sur la plastique d’une femme pour rendre le produit plus alléchant. Le truc c’est que c’est fait aussi sur les hommes, et depuis toujours. Que ce soit dans les jeux de combat, dans les jeux d’aventure, d’action etc. les types, c’est tous des dieux grecs, parce que les personnages de jeux vidéo sont fantasmés par définition. Bien sûr, il y a une mesure à savoir garder, mais je ne pense pas que les formes de Bayonetta soient plus scandaleuses que les muscles de Kratos.

    L’équilibre est plus difficile à trouver qu’il n’y paraît, et ça je crois que c’est le truc que la plupart des gens ont du mal à comprendre.

    • Tout d’abord un gros merci pour cet énorme commentaire, ça me fait plaisir d’avoir des réactions. 🙂

      Je plussoie tellement pour Samus, c’était un concept tellement bien trouvé.

      Je partage assez ton avis , qui est qu’on ne devrait pas s’enthousiasmer de la présence d’un perso féminin fort dans un jeu, il faudrait que ce soit juste, normal! aussi normal qu’un perso masculin.

      En fait j’ai souvent l’impression qu’ado ou enfant, on s’en fichait royalement de ces histoires de sexe, et qu’en fait en grandissant et avec tout ce que ça engendre de formatage, on a été viciés.

      +1 un aussi pour la plastique des héros masculins, qui est aussi discriminante que la plastique des femmes. Même si je reste convaincue, que les femes souffrent plus des stéréotypes qu’on leur impose dans les jeux, comme dans tout autre domaine de la vie, on subit la pression d’une société paternaliste.
      Mais je ne souhaite pas m’engager dans ce débat, car on sortirait du contexte du jeu vidéo 😉

      Et oui l’équilibre, est toujours + difficile à atteindre que le tout noir ou tout blanc.

  4. Très bon article. Malheureusement, les jeux vidéo sont désormais des produits dotés d’une forte variante marketing. Les éditeurs cherchent à tout prix à assouvir nos besoins voire pulsions primaires (cf la Pyramide de Maslow). Ou du moins ceux des individus qui ont le moins de jugeote. Pour eux, la recette du succès est simple car bon nombre de consommateurs ne réfléchissent pas avant de mettre la main au porte-monnaie. Mais tu as raison, il y a des changements bien réels. Je t’invite à lire l’une de mes analyses sur le sexisme dans le jeu vidéo français, ça pourrait t’intéresser ! Bonne soirée !

    • Merci pour ton commentaire 🙂 Ah cette fameuse pyramide de Maslow (argghhh les cours d’économie T.T).

      Hélas beaucoup de consommateurs ne font que consommer, en laissant leur cerveau de côté, mais tous les acheteurs ne sont pas comme ça (par exemple les collectionneurs).
      C’est la plaie dès que tu commences à réfléchir à tes achats. C’est aussi le fait de réfléchir comme ça, qui fait que je ne suis pas une collectionneuse ou que je revends des jeux « sacrés ».

      Pour en revenir au sujet principal de l’article, les changements sont réels , et comme le disait « Majora’s Mask » j’espère qu’on ne virera pas trop dans la discrimination positive.

  5. *Alerte pavé*
    Très bon article sur le fond et la forme cependant je ne suis pas spécialement d’accord avec toi sur une majeure partie. Je ne suis nullement gamer ou geek, j’aime juste ce milieu tout en restant très éloigné de celui-ci, ça fera un bon point d’encrage à mon propos ^^.
    Tu parles de la femme en tant que stéréotype dans le jeu vidéo, cela est bien évidemment vrai, et c’est tant mieux, qu’est-ce que le jeu vidéo sinon un échappatoire à la réalité ? Tout personnage de jeu vidéo est un stéréotype, autant masculin que féminin, quid de Kratos et de ses énormes pecs qui veut défoncer tout ce qui bouge ? Ou encore de Link, héros sans reproche prêt à combattre le monde des méchants. Même les héros de type « normaux » sont des caricatures, Max de Life Is Strange est la petite fille très introvertie qui ne pense qu’aux photos qui n’est pas encore femme, c’est vachement caricatural comparée au nombre de femmes et d’adolescente qu’il y a sur cette Terre, ou encore Ethan dans Heavy Rain, qui est un père rongé par la mort de son fils, c’est aussi caricatural des pères ayant perdu leur fils mais ayant fait leur deuil. Si on part de ce postulat là, qui est assez simple, alors rien n’est à prendre au premier degré, ni les boobs et les tenues légères de Dead Or Alive ou encore la badasserie totale qu’est Duke Nukem dans Duke Nukem Forever. Voire une femme forte dans le jeu vidéo ne veut rien dire, le jeu vidéo est source d’imagination et libre à nous de croire que Peach est une putain de femme forte et qui se bat pour ses droits au royaume Champignon ^^. L’égalité Homme-Femme ça a du bon, mais à un moment faut arrêter de vouloir à tout prix celle-ci, allons-nous critiquer tout les mythes parce qu’ils ne respectent pas les femmes ? Car oui comme Mario et ou Link dans leur premier épisode, les récits mythologiques ou contes font par d’une femme assez soumise voire femme objet. Il faut donc restituer le contexte d’un jeu vidéo avant de parler d’égalité, aujourd’hui le nombre de femme forte dans la culture pop se compte beaucoup plus : Clara/Amy Pond dans Dr Who, Ripley dans Alien ou encore Rey dans le dernier Star Wars ; à contrario de ces 20 dernières années, le nombre d’héroïnes fortes a du doubler voire tripler, certes ça reste encore loin des hommes mais au lieu de centre le propos sur l’un ou l’autre, on peut pas centrer une histoire sur les deux ? N’est-ce pas ça l’égalité ? Dans Beyond Two Souls, les seuls hommes du jeu avec qui la narratrice a un contact sont soit beaux, auquel cas ils font avancer l’histoire, soit pas assez intéressant niveau caradesign : une femme forte ne peut avancer sans homme fort et vice versa, les deux sont complémentaire et n’ont pas les même ressort psychologique.
    Après il est vrai que la « société geek » voit encore trop en la Femme une bonasse décérébrée qui soit joue au jeux destiné aux filles, soit aux jeux pour mecs mais sont alors considérées comme de « fausse » gameuse, cela est désolant et ne devrai plus vraiment exister de nos jours. Cependant, et je vais parler en mon expérience, j’ai souvent remarqué qu’à « armes égales » une streameuse avait plus de viewers qu’un streamer, je me suis toujours demandé pourquoi et je n’ai pas la réponse, je ne parle nullement des e-girl ou autres meufs à boobs jouant à LoL. Cela dit les jeux « genrés » sont assez intéressant au niveau social ainsi que psychologique : si la société n’attribuait pas des cases prédéfinies aux personnes, de part leur sexe, leur origine sociale etc… Ce serait vachement plus dur niveau marketing de tirer des bénéfices d’un jeu vidéal, ça me fait penser au domaine du Manga où tout est codifié pour satisfaire au mieux les besoins de la population (les yaoi etc…) bien qu’ils peuvent être lus par n’importe quelle caste de la société et genre. Si demain fait un jeu vidéo avec des blagues méta sur les hommes, est-ce que les femmes comprendront ? De même pour l’inverse ? Il y aura toujours des jeux typés pour les hommes et femmes, cependant c’est à nous de faire le distinguo, je ne pense pas qu’un enfant non éduqué fasse une réelle différence entre une fille et un garçon, le genre n’est définit que par la société qui nous entoure, d’où le 3ème sexe chez les Inuits, l’enfant pourra donc kiffer aussi bien un jeu dit de « fille » et vice et versa, ce n’est qu’adolescent et adulte que l’on tient compte du genre, chose malheureusement fausse, bien que chez de très nombreux cas, les hommes faire des taches dites « féminine » et vice versa. Je ne pense pas qu’il faut blâmer le genre, mais plutôt d’apprendre à notre progéniture que ce genre n’existe pas mais que le sexe existe (sexe du point de vue naturel de la chose), avec cela les jeux « genrés » pourront toujours exister pour ceux qui veulent et les autres pourront y jouer sans être vraiment influencé. Je pense qu’il faut respecter les autres et leur éducation et ne pas vouloir leur fausser barrière, après tout si ils sont heureux comme ça.
    La Femme et l’Homme sont pareil et différent à la fois, ils sont pareil socialement mais différent d’un point de vue naturel, et au niveau de la nature, je ne connais pas d’animaux où le mâle et la femelle sont égaux, mais à vrai dire nous avons dépassé notre condition d’être animal lambda ^^. Le jeu vidéo est avant tout un moyen de faire transparaitre les idées de l’auteur, devons-nous dire de Kojima qu’il n’est pas un « artiste » vu la place de la Femme dans son dernier MGS ? De même, la place de la femme chez Kojima à ses débuts est limitée : princesse en détresse chez Mario ou The Legend of Zelda par exemple, pourtant les deux auteurs ont eu un impact dans le jeu vidéo. Au lieu parfois de faire des microcosmes au sujet d’un sujet ou d’un autre, jugeons un jeu dans sa globalité, par exemple : si le propos est bénéfique et fait avancer la cause féministe mais que dans ce jeu, une femme est montré comme un objet, ne nous arrêtons pas à ce seul fait et voyons le message en entier.

    Avec tout cela, j’ai même pas eu le temps de boire un coca et de fumer une clope, donc je file réparer cet imprévu ^^.

    • OMG pour un pavé c’en est un gros. Mais je te remercie car j’adore lire ces remarques construites et constructives.
      Je pourrais difficilement répondre à l’écrit (ce serait + simple à IRL) mais globalement je suis d’accord sur le fait que le jeu vidéo constitue un échappatoire à la réalité, mais pourquoi le faire au détriment des sexes (hommes comme femmes)?
      Après, la notion marketing est souvent la cause de ce débat, même si cela ne m’empêchera pas de jouer à un jeu qui représentera les femmes d’une façon + ou – saine. Malgré tout, cela me hérisse le poil quand on me sort des trucs genre « oui mais c’est normal qu’elle soit comme ça + excuse bidon ». Autant être honnête et dire de suite que c’était pour mettre une femme bien foutue et se rincer l’oeil LOL.
      Je vais passer pour une rageuse, mais la sincérité serait + crédible mais elle ne ferait pas vendre.

      Comme je l’ai dit avant, c’est fou comme j’ai l’impression qu’en devenant adulte, j’ai l’impression d’avoir été viciée, alors qu’adulte je m’en foutais de jouer avec Lara hyper gros boobs triangulaires ou Squall Lioheart BG.

      Enfant & ado, ce genre de considérations ne me venait même pas à l’esprit, alors qu’aujourd’hui en tant que femme, je me sens vexée.

  6. Plop !

    J’aime ton article, et je le trouve assez complet même s’il n’aborde pas vraiment tous les sujets que j’ai en tête. Ce que j’apprécie, c’est que tu ne parles pas uniquement du sexisme envers les femmes. Tu commençais à rentrer dans la catégorie des stéréotypes avec « Cooking Mama et Hannah Montana pour les femmes », ce qui est immonde, bien entendu. De l’autre côté, nous avons les joueurs masculins qui ne souffrent pas de stéréotypes de ce genre. Ce qui est « normal » en soit puisque le gaming était à l’époque considéré (à tort) comme un univers purement masculin. On ne peut d’ailleurs nier qu’il y a eu de réels progrès ces dernières années là-dessus, et je suis le premier à m’en réjouir. Le souci dans ce progrès, c’est qu’il restera toujours des cons pour jouer les machos peu importe le nombre d’années.

    Cependant, le gaming reste un milieu très élitiste peu importe le sexe de la personne. Ce que j’entends par là, c’est que si tu as une prédisposition pour Fifa ou COD/Battlefield en délaissant les autres jeux, tu es limite considéré comme une sous-merde par rapport aux autres « vrais gamers » (deux mots trop souvent collés ensemble). Après ne soyons pas hypocrites, nous avons tous jugé au moins une fois une personne jouant à [insérer le jeu de votre choix] et qui se considérait comme un(e) gamer/gameuse. Je n’ai personnellement jamais apprécié le terme « gamer » ou « geek », il présente vraiment trop de poids lourds.

    Pour finir, l’élitisme n’est pas nécessairement mauvais partout. Je fais référence notamment au domaine de la chasse aux trophées/succès, un milieu particulièrement élitiste où si tu platines un jeu connu uniquement grâce à ses trophées gratuits, tu es fiché(e) à vie.

    J’espère que mon commentaire est clair, c’est un sujet complexe où il est difficile de se perdre et je n’ai pas eu tellement de temps pour le relire ^^.

    • Coucou et merci pour ton commentaire 🙂 Je suis assez d’accord sur le fait que ce qui pêche au début c’est le fait que le gaming soit considéré comme masculin.

      Par contre je ne me suis jamais posée la question sur l’élitisme dans le jeu vidéo, et c’est un sujet très intéressant aussi, et tu as raison, on a tous jugé quelqu’un comme « faux-gameur » moi la première (notamment sur les gens jouant à Candy Crush).

  7. Très bel article Miss ! Et merci de m’avoir cité ; c’est un honneur ! 🙂
    J’aime beaucoup la façon dont tu as intégré des commentaires d’hommes, ça rend vraiment le sujet intéressant et ça fait ressortir une vision masculine « ouverte » sur des sujets Ô combien importants dans la société.
    Gros bravo ; et faisons changer les mentalités 😀 😀

  8. Merci pour le ping back mademoiselle 😉

  9. Bon article, franchement en tant que mec, c’est vrai que je ne ressens pas très bien le malaise des joueuses notamment en online. Mais depuis (l’excellente) émission sur Arret sur Image « le sexisme dans les jeux vidéos » je comprend beaucoup mieux le problème.

    Le truc c’est qu’il ne devrait pas y avoir de souci. Et des vidéos comme la « Cartouche » de Cyprien dans lequel une des protagonistes dit de son frère qu’ll est « puceau » parce qu’il joue aux JV n’arrangera pas forcement les choses.

    En tout cas j’aime bien jouer contre des gameuses notamment aux jeux de combats. Parce qu’elles jouent très différemment des mecs et j’ai beaucoup de difficultés, notamment à Soulcalibur, c’en est exaltant. J’avais une gameuse qui n’était pas très offensive, par contre c’était un monstre sacré en « counter », j’avais jamais vu ça 😀

    Bref, tout mon soutien aux femmes qui se sentent exclus de cet univers.

    • Merci beaucoup pour ton commentaire.

      En y repensant, c’est vrai que le court métrage de Cyprien, véhicule des stéréotypes sur les joueurs masculins assez gênants.

      C’est avec des raisonnements comme les tiens qu’on progressera, en reconnaissant les qualités des joueuses (sans en faire tout un foin quand même) et en les laissant jouer à leur manière.

  10. Bravo pour cet article et son côté recueil de citations, j’ai adoré la lecture ! 🙂

    Pour ce qui est des jeux en eux-mêmes et de certaines héroines, je pense que tout a été dit. Concernant les joueuses par contre, ce qui me fout hors de moi ce sont les nanas qui justement (je ne parle pas de toi hein, du tout ^^) s’offusquent de la place des femmes dans la société et le JV en particulier mais qui montre leur cul/seins/tête à la moindre occasion pour grossir leur communauté, en même tant que le kiki des admirateurs masculins.

    Mais je vais m’arrêter là sinon je vais moi-même faire un pavé, et je m’en voudrais de déraper :p

    Bravo encore !

    • Merci beaucoup pour ton commentaire Mr le papa des TFGA.

      Sacré coup de gueule dis moi XD mais c’est vrai qu’en agissant de façon contradictoire, elles dégradent l’image de la femme encore + qu’un jeu ne pourrait le faire. Gros coup dur (sans jeu de mot crade).

  11. Superbe article ! Je l’ai littéralement dévoré !

    Je me rappelle de ce que m’avait dit mon ex en me regardant de haut en bas lors de notre première rencontre : « tu es trop féminine pour être une geek ». Lui ne l’étais pas assez à mon goût lol

    J’apprécie pas toujours quand on tente de me tester sur les jeux auxquels je joue. Malheureusement pour le type en face, mes jeux je les finis à 100% (ou presque) et j’ai tendance à les connaitre sur le bouts des doigts. Battre un Big Dragon au CD1 de Final Fantasy IX ? Fastoche ! Je me souviens de presque tous les emplacements des F.F.F de Final Fantasy VIII ! Le Bikini Super Sexy de Bravely Default, héhéhé je l’ai !

    Et en bonus, je suis mauvaise joueuse et mauvaise perdante :p GameBoy, j’ai jamais aimé le nom de cette console (que elle j’aimais d’amour <3)

    • Coucou miss bentôs 😀
      Toujours un plaisir de lire tes commentaires 🙂

      Il est sérieux ton ex? Parce que genre on met des robes, on se maquille et on peut pas être geek? O.O

      Tu gères de fou dis moi! Tu as raison continues d’être une experte, ça fait taire 😉

      Bienvenue au club! Je suis très mauvaise joueuse et perdante aussi.

      C’est vrai en y pensant, GameBoy ça fait direct console pour mec seulement >.<

  12. Je viens de recevoir une notification de ce bel article que j’avais bien évidemment lu… Et oh surprise, je ne l’avais pas commenté. J’en profite pour te dire que tu fais un super boulot, sur ton blog et que j’adore! Bisous 🙂

  13. J’avais écrit également plusieurs articles sur le sujet, dont un sur le Gender bashing et et un autre sur la places des rôles féminins dans les jeux vidéo. Ce sont des sujets qui, je pense, ne vont pas arrêter de faire couler de l’encre.

    • Coucou miss Mido! Ravie de voir un de tes commentaires sur mon blog 🙂
      Il me semble avoir lu tes articles à ce sujet, et j’aime beaucoup le fait que tu te positionnes dessus. Pour le moment tant qu’il n’y aura pas de vraie évolution de mentalités ils faudra en parler de temps en temps :/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :